Une mère et son fils réunis 31 ans après un enlèvement parental présumé

TORONTO - Une mère et son fils réunis après un enlèvement parental présumé il y a 31 ans prendront la parole lors d'une conférence de presse, lundi après-midi, a fait savoir la police de Toronto.

Lyneth Mann-Lewis, de Brampton, en Ontario, et Jermaine Mann - qui vivait encore récemment aux États-Unis sous un pseudonyme - seront rejoints au quartier général de la police de Toronto par le chef de police et un représentant de la Société canadienne des enfants disparus.
Des agents fédéraux américains ont indiqué que le père de Jermaine, Allan Mann fils, avait été arrêté vendredi dans le Connecticut, où ils vivaient sous des pseudonymes dans une banlieue tranquille de Hartford.
Des responsables ont déclaré avoir informé Mme Mann-Lewis que son fils avait été identifié et retrouvé, et les deux ont été réunis depuis.
Allan Mann fils a comparu brièvement vendredi devant un tribunal fédéral à Hartford, où il fait face à des accusations, notamment d'avoir fait de fausses déclarations lors de transactions avec le département américain du Logement et du Développement urbain.
L'avocat américain John Durham a indiqué que le suspect aurait «vécu dans le mensonge pendant les 31 dernières années».
«Nous remercions les nombreux organismes chargés de l'application de la loi, aux États-Unis et au Canada, qui ont enquêté sur cette affaire, ont travaillé d'arrache-pied pour appréhender ce fugitif et ont finalement fourni des réponses à une mère qui souffre depuis trop longtemps de l'absence de son fils», a déclaré M. Durham.
Des responsables américains ont expliqué que M. Mann fils avait la double citoyenneté canadienne et ghanéenne; il a été retrouvé vivant sous le nom de Hailee DeSouza dans un logement subventionné de Vernon, à environ 20 kilomètres à l'est de Hartford.
Après s'être enfui avec son fils âgé de 21 mois le 24 juin 1987, à la suite d'une visite à Toronto, M. Mann fils est entré aux États-Unis et a obtenu une fausse identité pour lui-même et son fils, y compris de faux certificats de naissance du Texas, selon des responsables.
L'enquête a impliqué plusieurs agences américaines, ainsi que la police de Toronto et la GRC.
Le quotidien Hartford Courant a rapporté que Jermaine Mann sanglotait au premier rang lorsque son père a comparu devant le tribunal vendredi et a quitté le palais de justice sans faire de commentaire. Jermaine Mann s'était fait dire que sa mère était décédée il y a plusieurs décennies, a rapporté le journal.