Marielle Gauvin et Mélanie Lavery seront à moto, samedi, après avoir passé des mois à recueillir de l’argent pour la Fondation du cancer du sein du Québec. Ensemble, elles ont établi un nouveau record.

Une émulation record pour la Ride de filles

Une saine compétition entre elles s’est transformée en course au record. Marielle Gauvin et sa bru Mélanie Lavery s’impliquent pour la Fondation du cancer du sein du Québec en participant, sur la même monture, à la Ride de filles, qui aura lieu samedi.

Depuis plusieurs mois, leur objectif financier ne cesse de grandir, Mme Lavery tentant de rattraper sa belle-mère dans sa collecte de fonds. Ensemble, elles ont amassé plus de 9000 $ et tentent d’atteindre et même de dépasser les 10 000 $.

« Le plus haut don qu’on a eu, historiquement, est de 3500 $ », indique Michel Côté, directeur général de la Ride de filles.

Non seulement les deux femmes ont dépassé le record de dons individuels — elles ne sont pas les seules —, mais elles veulent établir un chiffre à battre pour la somme amassée pour une moto.

Au début de l’année, Mme Lavery a invité Mme Gauvin à participer avec elle à la Ride de filles comme passagère sur sa moto à trois roues. « Ça va être mon baptême de moto, souligne l’Alfonsoise. Au départ, quand on s’inscrit, il faut ramasser minimum 100 $. Je me suis dit que j’allais essayer d’en amasser 500 $, sauf que ça répondait bien dans mon entourage. Puis pourquoi pas aller jusqu’à 1000 ? Et ainsi de suite. Plus ça avançait dans mes dons, plus j’augmentais mon objectif. Ma bru est très compétitive, mais c’était une saine compétition. On s’est ambitionné et on vise le plus haut possible. »

Il s’agit de la troisième participation de Mélanie Lavery. La première année, elle n’avait pas dépassé les 1000 $ et, en 2018, elle avait remis 1625 $ à la Fondation du cancer du sein du Québec. Elle a largement dépassé ses objectifs cette année grâce à cette petite compétition.

Vente de suçons

« Au début, c’était comme un challenge, à savoir qui allait en amasser le plus, et elle est partie en flèche, raconte Mme Lavery, de Farnham. J’avais le challenge de faire mieux qu’elle. On sait que ça va toute à la même place, mais on dirait que, quand on sait qu’on peut faire plus, c’est un challenge de plus. Je vais bientôt atteindre 4000 $. Marielle, je ne sais pas combien elle va avoir ramassé, mais samedi elle s’est installée au coin de la 139 et de Brodeur et, en deux heures, elle a recueilli 830 $. » Sur sa page de participante, Marielle Gauvin indique plus de 4435 $, mais tous les dons n’y sont pas répertoriés.

Mélanie Lavery s’est découvert un talent de vendeuse. Elle a acheté des centaines de suçons de sucre d’orge qu’elle a revendu et a concocté plus de 700 suçons de chocolat qu’elle a vendus dans son entourage.

La cause leur tient à cœur et elles sont d’autant plus fières de ce qu’elles ont accompli pour la fondation. Il est toujours possible de donner en ligne pour les aider à atteindre leur objectif en cliquant sur « faire un don » via le site de la Ride de filles et en cherchant leurs noms.