En attendant les travaux d’élargissement, Québec utilisera un système de glissières déjà vu en Europe pour sécuriser l’autoroute 50.

Une clôture métallique dès le printemps sur l'autoroute 50

Une glissière à câbles à haute tension sera installée dès le printemps prochain au centre des voies contiguës du tronçon de sept kilomètres de l’autoroute 50 compris entre Gatineau et L’Ange-Gardien, en attendant le début des travaux d’élargissement à quatre voies en 2021, a annoncé lundi le ministre des Transports, François Bonnardel.

Une glissière à câbles à haute tension sera installée dès le printemps prochain au centre des voies contiguës du tronçon de sept kilomètres de l’autoroute 50 compris entre Gatineau et L’Ange-Gardien, en attendant le début des travaux d’élargissement à quatre voies qui débuteront en 2021, a annoncé lundi le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel.

L’appel d’offres pour ce projet pilote de clôture métallique, qui n’a jamais été testé auparavant dans la province et qui vise à limiter le nombre de collisions frontales, sera lancé au début octobre, a indiqué le ministre, qui était accompagné pour l’occasion de son collègue responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, et des autres députés caquistes de la région, Robert Bussière et Mathieu Lévesque. Le budget nécessaire pour l’aménagement de cette clôture n’a pas été dévoilé.

Le ministre Bonnardel a également profité de sa visite en Outaouais pour annoncer que les travaux d’élargissement de ce tronçon de la 50 situé entre le chemin Findlay, à Buckingham, et le chemin Doherty, à L’Ange-Gardien, débuteront au printemps 2021.

Le corridor routier de 7 kilomètres reliant Gatineau à L’Ange-Gardien a été retiré de la Directive sur la gestion des projets majeurs d’infrastructure publique, a confirmé M. Bonnardel, ce qui permet aux autorités d’accélérer le cheminement du projet.

« Ça veut dire qu’on donne toute la légitimité et tous les pouvoirs à la direction territoriale (du MTQ) pour entamer les travaux [...] pour que les automobilistes voient l’année prochaine, dès le printemps, l’arrivée de cette glissière entre le chemin Doherty et le chemin Findlay sur une portion d’à peu près 5,4 kilomètres et le début de l’élargissement sur cette même portion à partir du printemps 2021 », a déclaré le ministre des Transports du Québec, en mêlée de presse.

L’évaluation préliminaire des coûts d’élargissement de ce segment de l’autoroute 50 laisse présager que le chantier ne devrait pas dépasser les 100 millions de dollars, a-t-on indiqué lundi. 

Si tout va comme prévu, le chantier devrait être complété à temps pour la fin 2021-2022, a souligné M. Bonnardel, qui a réitéré que son gouvernement agissait le plus rapidement possible dans ce dossier. Rappelons que depuis le début du mois de juillet seulement, quatre accidents majeurs se sont produits sur ce tronçon d’autoroute, faisant deux morts et des blessés graves. 

« On a des directives à respecter, plans et devis, appels d’offre et autres. Pour moi, ce qui est important, vu que nous n’étions pas capables de débuter [les travaux d’élargissement] avant un an, c’était de minimalement sécuriser cette portion du réseau qui était problématique dans une certaine mesure. Cette glissière de sécurité sera installée dès le printemps prochain. L’installation de cette glissière va sécuriser une grande partie de la population et des automobilistes et on va débuter l’élargissement par la suite », a affirmé M. Bonnardel.

Une première

Mathieu Lacombe a de son côté rappelé l’aspect « innovateur » de la glissière de sécurité qui sera retirée de l’autoroute 50 une fois que les travaux d’élargissement débuteront.

« C’est une solution novatrice qui n’existe nulle part ailleurs au Québec, et ça, il faut le répéter. Ça prouve que nous sommes en mode solution. Ce sera un projet pilote qui nous servira peut-être ailleurs au Québec ensuite, mais qui assurément ici dans notre région nous servira à sauver des vies », a déclaré M. Lacombe.

L’ajout de voies sur la section de 23 kilomètres de l’autoroute 50 aménagée entre Mirabel et Lachute, dans les Laurentides, demeure par ailleurs une priorité du gouvernement, a réitéré le ministre Bonnardel lors de son passage à L’Ange-Gardien.

« Nous sommes encore à l’étude des plans et devis, à l’étude d’avant-projet si je peux le dire ainsi, et nécessairement, par la suite, on va s’assurer de commencer toute la portion de 95 kilomètres de voies contiguës pour élargir enfin une fois pour toutes et donner un échéancier précis pour élargir cette route qui est attendue depuis des années déjà », a indiqué ce dernier.

Le ministre des Transports, François Bonnardel, accompagné (au centre) du ministre responsable de l'Outaouais, Mathieu Lacombe, ainsi que des députés Mathieu Lévesque et Robert Bussière, lors de l'annonce de lundi matin.

LES ÉLUS ENCOURAGÉS PAR L'ÉCHÉANCIER DES TRAVAUX

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, s’est montré satisfait par les mesures prises lundi par le ministre François Bonnardel pour sécuriser l’autoroute 50. «Je pense qu’à court terme, c’est suffisant, a-t-il dit, c’est-à-dire que c’est une action relativement rapide. Il va y avoir une glissière de sécurité. Un des tronçons problématiques, le 7 kilomètres [entre Gatineau L’Ange-Gardien], va être fait. En même temps, on prépare celui de Mirabel-Lachute. Je pense que ce sont beaucoup d’actions concrètes. Sur l’échéancier, l’État a des règles à respecter, il faut faire des appels d’offres, il y a l’hiver, etc. J’ai confiance que le ministre va aussi vite qu’il le peut. Je pense que ça va rassurer une partie de la population.»

Le maire de Thurso et préfet de la MRC de Papineau, Benoît Lauzon, salue l’échéancier pour l’installation de la glissière. «Il y a des initiatives qui ont été prises dans les dernières semaines avec la Sûreté du Québec qui est beaucoup plus présente sur l’autoroute 50. J’espère que cette présence va demeurer jusqu’à l’installation des glissières. On sait aussi qu’il y a eu des directives qui ont été émises au niveau du ministère des Transports pour mieux entretenir l’autoroute 50 en période hivernale. Je suis confiant que le travail sera fait, mais il faut comprendre aussi qu’il y a des échéanciers dans un projet aussi important qui est unique au Québec», a commenté M. Lauzon.

Ce dernier espère toutefois qu’un plan et un échéancier pour l’élargissement de l’autoroute 50 sur l’ensemble du territoire seront présentés.