Voici le majestueux camion de la compagnie C.A.T., situé à Coteau-du-Lac, que conduit Sonya Gagnon.

Une camionneuse parcourt les États-Unis avec son chat

CHRONIQUE / Nouvellement diplômée comme camionneuse, Sonya Gagnon espérait de tout coeur trouver une compagnie de transport qui allait accepter qu’elle voyage avec son chat à bord de son camion.

Pas de conjoint, pas d’enfant, plus de parents et pas d’attaches, le moment était idéal pour réaliser le rêve de sa vie.

C’est la compagnie C.A.T., de Coteau-du-Lac, qui a engagé la Saguenéenne. La camionneuse prévoit inscrire « C.A.T. Women » sur la porte du côté conducteur de son camion et « Leilla the C.A.T. » sur la porte du côté passager.

Après une vie sédentaire de 17 ans, entourée de chevaux, le 11 septembre 2018, Sonya laissait tomber le travail de bureau pour faire un DEP en transport par camion au Centre de formation en transport de Charlesbourg. À la fin février, elle obtenait son diplôme.

Depuis le 5 avril, Sonya et Leilla parcourent les États-Unis. « J’ai adopté Leilla le 15 juillet 2005. C’est une chatte exceptionnelle qui a des comportements de chien. Je lui ai appris des trucs, et elle marche aux pieds », mentionne sa propriétaire.

Dans le camion, Leilla a sa fenêtre favorite, son petit lit et des coussins partout pour faciliter l’accès en hauteur. Sonya constate que de nombreux camionneurs voyagent avec un animal. « Je vois surtout des petits chiens. D’ailleurs, ça fait trois que je vois juste en te parlant », poursuit la camionneuse, installée dans une halte routière du Texas pour la nuit.

Pour entrer aux États-Unis, Leilla avait besoin de mettre son carnet de santé à jour en recevant le vaccin de la rage. Deux fois par jour, pour garder la forme, le duo se promène dehors. Leilla porte un harnais et une laisse. « Je fais des séances photo de Leilla partout où j’arrête », ajoute la photographe amateure.

Rêve

Sonya vit un véritable rêve, qui se trame depuis bien longtemps. « Si tu pouvais être dans mes yeux. C’est incroyable tout ce que je vois ! Les petites routes de campagne, les chevaux, le mode de vie des gens, la construction des maisons... Tout est différent. J’ai hâte de voir une boule de foin passer dans le chemin », ricane Sonya.

Deux fois par jour, pour garder la forme, Leilla se promène dehors.

Depuis l’âge de 14 ans, elle épingle tous les endroits qu’elle rêve de visiter sur une carte des États-Unis. « Tous les endroits ont un lien avec les chevaux », poursuit-elle.

C’est à l’âge de 7 ans que sa tante, Thérèsa Gagnon, lui a transmis sa passion pour ces majestueuses bêtes. « Elle était venue me chercher pour me présenter son beau cheval King , se rappelle la cavalière, qui a ensuite suivi des cours d’équitation et lisait uniquement des livres sur les chevaux. J’ai aussi eu une imposante collection de figurines chevaux et j’écoutais des tonnes de films westerns. J’ai travaillé dans plusieurs ranchs. »

Jamais seule

Sa page Facebook (www.facebook.com/SonyaAuxEtats/) lui permet de rester connectée à tous ceux qui souhaitent suivre ses aventures.

Dans son habitacle, elle s’est aussi entourée des photos de ses proches décédés dans les dernières années, dont sa mère, son père, sa tante et sa meilleure amie. « Je leur demande tous de m’aider », lance-t-elle.

Elle demande à son père, qui connaissait les États-Unis par coeur, grâce à un jeu vidéo, de la conduire vers les plus beaux endroits. « Ma mère était toujours stressée, alors je lui demande de veiller à ma sécurité. Quant à ma tante, qui aimait magasiner, je lui demande de m’aider quand je cherche quelque chose », s’amuse à penser Sonya.

Dans son camion, Sonya a certaines commodités, dont un micro-ondes, deux lits, un petit frigo, un congélateur, une génératrice, une cafetière, un grille-pain et un air conditionné.

La cargaison qu’elle transporte est principalement composée de pneus. Comme la compagnie pour laquelle elle travaille se soucie de la santé de ses employés, elle sera éventuellement munie d’un vélo pliable.

Tous les jours, elle se couche vers 20h et se lève vers 4h du matin. Elle a le droit de conduire un maximum de 70 heures par semaine et ne peut pas conduire plus de 11 heures en ligne. Après huit heures, elle doit prendre une demi-heure de pause. Quand sa semaine est terminée, elle a l’obligation de prendre 36 heures de repos.

Sonya Gagnon parcourt les États-Unis en compagnie de sa chatte, Leilla, depuis le 5 avril.

« Comme je peux utiliser mon camion sans remorque, je prévois aller faire de l’équitation et visiter des ranchs », conclut Sonya, qui parle parfaitement anglais.