L'espoir des Blue Jays de Toronto Jean-Christophe Masson

Un premier camp avec les Blue Jays écourté pour Jean-Christophe Masson

Son premier camp d’entraînement professionnel a coupé court plus vite que prévu, mais Jean-Christophe Masson a eu le temps d’y prendre goût. «J’ai hâte d’y retourner», confie le jeune espoir des Blue Jays de Toronto.

Le joueur de 17 ans est de retour chez lui, à Lévis, depuis dimanche, où il observe une quarantaine volontaire de 14 jours que l’organisation du baseball majeur lui demande de respecter jusqu’à sa conclusion. Chaque jour, on s’informe s’il a développé des symptômes en lien avec la COVID-19, ce qui n’est pas le cas.

«Le plus important pour les Blue Jays, présentement, ce n’est pas le maintient de notre condition, mais bien que chaque joueur de retour chez lui respecte la quarantaine de 14 jours. Ils m’écrivent chaque jour pour vérifier et m’assurer que je ne sois pas en contact avec personne», expliquait-il, jeudi.

Pour l’heure, il s’offre des sorties de course à pied et fait quelques exercices physiques dans sa chambre. Tout ce qui touche le baseball est mis de côté, pour l’instant.

«J’ai passé à peu près une semaine et demie en Floride [Dunedin]. J’y suis arrivé le 3 mars et revenu dimanche. Ça allait super bien, j’ai eu le temps de jouer deux matchs contre l’équipe canadienne junior, de faire des exercices au bâton, en défensive, de conditionnement physique et d’assister à quelques conférences. Mais en raison de la pandémie, ç’a coupé court et ils ont préféré retourner tous les joueurs chez eux», a raconté le choix de 26e ronde au repêchage du baseball majeur de 2019.

Les Blue Jays avaient réussi à le convaincre de signer son premier contrat chez les professionnels, en juillet dernier, ce qui a amené Masson à laisser de côté une bourse d’études de l’Université du Missouri. Il a disputé cinq matchs avec le club de développement des Blue Jays basé en République dominicaine, en août, avant de revenir passer l’hiver à Québec pour s’entraîner en prévision du camp récemment annulé.

Aucune nervosité

«Je n’avais aucune nervosité au camp, j’étais confiant, j’arrivais bien préparé. Les Blue Jays appréhendent le niveau où chacun va jouer, alors ils m’avaient placé dans celui de développement avec des gars de mon niveau, plusieurs joueurs provenant des écoles secondaires américaines.»

À Dunedin, il a disputé un premier match avec les espoirs, mais on l’a aussi invité à prendre part à celui contre la formation junior canadienne où l’on retrouvait également quelques joueurs des ligues majeures, comme Rowdy Tellez, Derek Fischer, Teoscar Hernandez et quelques autres.

«Je me suis retrouvé dans le vestiaire des ligues majeures, j’ai vu plusieurs réguliers, comme Vladimir Guerrero Jr, mais je ne suis pas allé leur parler… J’ai trouvé ça bien de la part des Blue Jays de m’avoir fait découvrir ça», a raconté celui qui a frappé deux coups sûrs dans cette rencontre.

À 17 ans, le voltigeur de 6 pieds et 3 pouces et de 190 livres est identifié comme un futur frappeur de puissance. Il est prêt à franchir les différentes étapes, une à la fois.

«Je vais sûrement jouer un an ou deux dans les ligues de recrues, et après, je vais monter à un autre niveau. Mais regarde, je n’ai même pas fini mon premier spring training [camp d’entraînement du printemps]… Ça n’a pas été long, mais ça m’a donné un avant-goût de ce qui m’attendait lorsqu’on retournera en Floride. C’était vraiment le fun.»

+

JULIEN AUSSI

Édouard Julien, repêché en 18e ronde par les Twins du Minnesota, poursuit pour sa part sa période de rééducation à la maison, lui qui a subi une intervention chirurgicale au coude, l’été dernier. L’annulation des activités du baseball majeur et affilié pourrait lui permettre de ne pas prendre trop de retard entre son retour au jeu et le début de saison.