Carl Keenan, 42 ans, est accusé d’avoir commis un voie de fait causant des lésions le 14 décembre 2017, dans une yourte louée à La Pêche, dans le parc de la Gatineau.

Un policier d'Ottawa violent capté sur vidéo

Un policier d’Ottawa joue son avenir professionnel en se défendant d’avoir poussé une femme et provoqué son évanouissement lors d’un séjour de ski de fond pour le moins acrimonieux, dans le parc de la Gatineau.

Carl Keenan, 42 ans, est accusé d’avoir commis un voie de fait causant des lésions le 14 décembre 2017, dans une yourte louée à La Pêche, dans le parc de la Gatineau.

Son procès a débuté lundi au palais de justice de Gatineau.

Une fin de semaine de ski de fond qui devait servir à faire le vide et à passer du bon temps en nature s’est terminée d’une bien regrettable façon. Au départ, le couple a eu un différend sur la piste de ski à prendre. Frustré, M. Keenan aurait rebroussé chemin pour retourner à sa yourte. La femme a poursuivi sa route et est revenue en fin d’après-midi. À son retour, la femme a compris que M. Keenan était intoxiqué par l’alcool.

La victime alléguée a témoigné toute la journée de lundi devant la juge Anouk Desaulniers. Elle a parlé du comportement agressif de M. Keenan lorsqu’il buvait de l’alcool.

Des larmes ont coulé sur les joues de la femme lorsque le tribunal a fait jouer une vidéo troublante.

La scène s’est déroulée le soir, dans la yourte obscure. On y entend l’agent de la paix multiplier les insultes envers la femme, puis la pousser au sol. Selon la preuve de la Couronne, la femme s’est assommée en tombant sur la structure du lit. La victime alléguée a cru être au sol pendant cinq minutes. « Mais quand j’ai revu la vidéo que j’avais prise avec mon cellulaire, a-t-elle témoigné, j’ai constaté qu’il s’était écoulé plus d’une heure. » On y entend l’homme vociférer sans cesse, et insulter la femme avec des noms indignes. Après un bref silence, on entend l’homme s’approcher de la femme. On l’entend donner des tapes au visage de la femme inconsciente, et crier : « Réveille-toi » à des dizaines de reprises. Il poursuit plus tard avec d’autres insultes et quitte l’endroit. À son réveil, la victime a composé le 9-1-1.

L’avocat de la défense a entamé le contre-interrogatoire en après-midi. Il s’est attaqué à la crédibilité de la victime, et au fait qu’elle n’avait pas fourni l’intégralité de la vidéo aux autorités. La défense a aussi fait valoir qu’elle avait demandé au même homme de rester dans la yourte au lieu de quitter dans la nuit, car il faisait froid et qu’il ne pouvait pas conduire. Le procès se poursuivra à la fin du mois de novembre.