Karine Lefebvre-St-Martin et Samuel Guillemette-Lacombe ont tout perdu à la suite de l’incendie qui a détruit leur logement de Saint-Boniface.
Karine Lefebvre-St-Martin et Samuel Guillemette-Lacombe ont tout perdu à la suite de l’incendie qui a détruit leur logement de Saint-Boniface.

Un jeune couple perd tout dans un incendie: «Si mon conjoint n’est pas là, on y passe, mon enfant et moi»

Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
SAINT-BONIFACE — En tant que pompier volontaire de Saint-Boniface et ambulancier, Samuel Guillemette-Lacombe est habitué à intervenir lors de situations de détresse. Les rôles ont toutefois été inversés jeudi lorsque lui, sa conjointe et leur fils de deux ans ont dû sortir en pleine nuit pour échapper aux flammes qui détruisaient leur logement du boulevard Trudel Ouest. Et n’eût été la réaction rapide de M. Guillemette-Lacombe, sa conjointe est persuadée qu’il y aurait eu des morts dans le brasier.

Un incendie a éclaté, jeudi, dans ce bâtiment abritant deux logements à l’étage et les bureaux de la compagnie Constructions Daniel Matteau au rez-de-chaussée. À l’arrivée des pompiers, peu après 4 h, l’embrasement était généralisé.

«Le feu était sur le balcon et dans notre chambre. J’ai réveillé tout le monde, j’ai pris le petit, j’ai réveillé le voisin, et on est sortis», témoigne M. Guillemette-Lacombe, qui était sans vêtement lorsqu’il a pris la fuite avec sa conjointe Karine Lefebvre-St-Martin et leur fils Logan.

Dormant profondément, Mme Lefebvre-St-Martin n’a jamais réalisé qu’un incendie ravageait son logis.

«Le feu était dans le plafond, au-dessus de notre lit. Je n’ai rien entendu. Il a crié. J’ai vu des flammes partout et j’ai figé. Il m’a dit de courir, car on a du gaz propane (le couple possède un barbecue sur son balcon situé juste à côté de sa chambre). Si mon conjoint n’est pas là, on y passe, mon enfant et moi», raconte-t-elle.

Ambulancier depuis deux ans et demi, M. Guillemette-Lacombe agit à titre de pompier volontaire à Saint-Boniface depuis octobre 2019. Il fait partie de cette brigade afin d’aider les gens de sa communauté.

«Vivre ça, c’est certain que ça a été un gros stress. Quand ça arrive, c’est l’adrénaline qui te fait agir. Tout s’est fini pour le mieux.»

Daniel Isabelle, le directeur du service de sécurité incendie de Saint-Boniface, confirme que l’incendie a complètement détruit le premier étage où sont situés les deux logements. Un passant a aussi frappé aux portes pour sommer les occupants de quitter les lieux.

«Personne n’a été blessé durant l’incendie», déclare le directeur Isabelle.

La famille est indemne, mais le couple est sans assurance pour ses biens. C’est la raison pour laquelle la tante de Samuel Guillemette-Lacombe, Nathalie Lacombe, lance une campagne de sociofinancement sur la plateforme Gofundme afin de leur donner un coup de pouce.

«On est super heureux qu’ils soient en vie. Les pertes, c’est juste du matériel. Mais ils ne sont pas assurés et ils ont tout perdu», indique Mme Lacombe qui souhaite amasser 10 000 $.

Les gens qui veulent contribuer à cette campagne de financement peuvent le faire via le lien suivant: gf.me/u/yukdrx. Plus de 3600 $ avaient été amassés en fin de soirée jeudi.


L'incendie a lourdement endommagé une bâtisse du boulevard Trudel Ouest.

Perte totale du premier étage

L’incendie qui a fait rage a causé de lourds dégâts à cette bâtisse. C’est le premier étage qui a été le plus durement touché, étant qualifié de perte totale par Daniel Isabelle.

«On sait que le feu a commencé dans des bacs situés à l’extérieur de la bâtisse. Le rez-de-chaussée a été touché par l’eau. Mais le feu a été vite circonscrit.»

La cause de l’incendie est inconnue. Celui-ci ne serait pas d’origine criminelle.

Quelque 25 pompiers de Saint-Boniface, de Saint-Étienne-des-Grès et de Charette ont pris part à cette intervention.