Un séjour plaisant au Festival western de Saint-Tite a vite tourné au cauchemar pour un couple de Québec.

Un homme de Québec aurait été drogué à son insu au Festival de Saint-Tite

Un séjour plaisant au Festival western de Saint-Tite a vite tourné au cauchemar pour Laurie Picard et son copain, Francis Martineau. Ce dernier s’est retrouvé à l’hôpital, il ne pouvait plus se tenir debout. Quelqu’un de malhonnête aurait glissé de la drogue dans son verre.

«En l’espace de quelques minutes, Francis n’était plus capable de parler et plus capable de marcher. J’ai essayé de le ramener à l’auto parce que je pensais qu’il avait trop bu, mais Francis n’a jamais perdu la carte sur l’alcool et il avait consommé seulement quelques verres. On ne s’est jamais rendus à l’auto, il est tombé sur la tête, il a commencé à être malade et c’est là que les ambulanciers l’ont pris en charge», raconte Mme Picard.

La jeune femme de 19 ans a dénoncé la situation sur sa page Facebook à son retour à Québec. Sa publication a récolté plus de 1000 commentaires et a été partagée près de 4500 fois. 

«Dans ma publication, plusieurs autres victimes ont commenté que ça leur est arrivé aussi. Et plusieurs personnes m’ont écrit en privé. Mon but c’est de sensibiliser les gens à ça, ça peut arriver à tout le monde, autant les garçons que les filles. Il faut surveiller son verre et prendre soin de ses amis.»

À l’hôpital, le médecin de Francis, qui est âgé de 26 ans, lui a confirmé que son état n’avait pas été causé par une trop forte consommation d’alcool. Comme Francis n’a pris aucune drogue lors de la soirée, le couple originaire de Québec a vite deviné ce qui s’était passé.

«J’ai commencé à refaire le film dans ma tête et j’ai réalisé que son état a empiré vraiment vite et que ce n’était pas normal. Les ambulanciers ont vite compris aussi la situation. Je n’aurais jamais pensé que ça arriverait au festival», ajoute Mme Picard. 

Francis ne serait pas le seul à s’être retrouvé à l’hôpital samedi soir, après sa soirée au Festival de Saint-Tite. D’autres festivaliers ont raconté une histoire similaire sur les réseaux sociaux, dont deux jeunes filles de 18 ans de Joliette qui disent avoir été droguées sans le savoir.

Francis Martineau dans l’ambulance.

La SQ et le Festival se font rassurants

Sur Facebook et dans les commentaires en dessous des publications, certains internautes parlent de 73 hospitalisations dans la journée de samedi pendant le festival, tous des cas d’intoxication. Le chiffre a cependant été démenti par la Sûreté du Québec (SQ), par le Centre intégré universitaire de santé et services sociaux (CIUSSS) ainsi que par l’équipe d’organisation du festival.

«Le chiffre n’est pas fondé, il n’y a pas eu de plaintes à ce sujet. On est en communication constante avec les ambulanciers et ce n’est pas ça qui a été relevé», insiste la porte-parole de la SQ, Hélène Nepton. 


« Mon but, c’est de sensibiliser les gens à ça, ça peut arriver à tout le monde, autant les garçons que les filles. Il faut surveiller son verre et prendre soin de ses amis »
Laurie Picard

La directrice des communications du festival, Geneviève Frappier, indique elle aussi qu’aucune plainte ou commentaire n’a été fait à leur bureau pour des cas semblables à celui de Francis Martineau. L’équipe de la sécurité du festival n’avait rien à signaler. 

Du côté du CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec, pendant les 10 jours du festival, il y aurait eu un total de 59 visites à l’urgence en provenance du festival, dont 10 visites pour intoxication à l’alcool, drogues ou autre. Parmi les 59 visites, 16 d’entre elles seraient survenues samedi, dont six pour une intoxication. 

À titre comparatif, les cas d’hospitalisation pour intoxication étaient plus nombreux lors des années antérieures, avec 17 cas en 2018 et 22 en 2017.

Laurie Picard et son copain, Francis Martineau, qui a été drogué.