Un groupe anti-francophone prend d'assaut le petit-déjeuner du maire d'Ottawa

Le groupe anti-francophone Canadians for Language Fairness (CLF) a profité d’un événement à l’hôtel de ville d’Ottawa pour propager son message, un coup d’éclat vite dénoncé par le maire de la capitale fédérale, Jim Watson.

« Aux invités qui ont distribué de la propagande anti-francophone lors de mon petit-déjeuner ce matin : vos actions et vos paroles me déçoivent profondément, a écrit M. Watson à l’organisation. Nos amis et nos collègues de la communauté francophone d’Ottawa n’enlèvent rien à la collectivité ; au contraire, ils la rendent plus forte grâce à leur langue, leur culture, leur participation et leurs nombreuses contributions à notre ville. »

L’ex-gouverneur général du Canada, David Johnston, était le conférencier invité dans le cadre du petit-déjeuner du maire d’Ottawa, mardi matin. Des invités ont distribué des pamphlets sur l’ensemble des sièges installés à la place Jean-Pigott de l’hôtel de ville.

Dans sa lettre à CLF, le maire Watson souligne que l’événement est organisé grâce à plusieurs partenaires francophones, dont l’Hôpital Montfort. Son président-directeur général, Bernard Leduc, a d’ailleurs exprimé son malaise face à cette situation sur Twitter, mardi matin.

« Malheureusement, plusieurs de nos collègues francophones ont senti que leur présence était indésirable ce matin, en raison de votre propagande, souligne Jim Watson. Même si je crois en la liberté d’expression, je suis déçu que vous ayez profité de mon petit-déjeuner à l’hôtel de ville pour promouvoir votre message antagoniste déplorable. Sachez que vous ne serez plus les bienvenus lors de mes activités à venir. »

Coorganisateur des déjeuners-conférences du maire, la Chambre de commerce d’Ottawa (CCO) a offert ses excuses dans une déclaration écrite diffusée en fin d’après-midi mardi. « Lorsque la distribution de ce matériel nous a été rapportée, nous avons pris des mesures pour que les documents soient retirés le plus rapidement possible », écrit la CCO.

Dans son pamphlet, CLF argumente que le Canada n’est pas un pays bilingue puisque seulement 4 % de sa population hors Québec est francophone — une statistique dont l’origine n’est pas spécifiée — et que l’usage de l’anglais est restreint dans l’espace public au Québec.

Le groupe Canadians for Language Fairness n’en est pas à ses premières campagnes pour miner les droits des francophones à travers le pays. Il avait notamment contesté devant les tribunaux la politique de bilinguisme de la Ville d’Ottawa après son adoption, au début du millénaire. En 2012, ils ont également manifesté pour dénoncer la politique d’embauche de l’Hôpital de Cornwall, un établissement assujetti à la Loi sur les services en français.

Réactions

Les réactions ont rapidement fusé de toutes parts en lien avec cet incident. 

« Ces paroles incendiaires sont inacceptables dans notre communauté ! », a entre autres gazouillé sur Twitter le conseiller municipal et candidat libéral à l’élection partielle dans Orléans, Stephen Blais. 

Le conseiller Mathieu Fleury a lui aussi vivement réagi. 

« Une situation complètement inacceptable. Cette propagande anti-francophone du groupe Canadians for Language Fairness n’a pas sa place à Ottawa. Ce n’est certainement pas un reflet de l’ensemble de la communauté », a-t-il dit.

De son côté, la titulaire de la Chaire de recherche sur la francophonie et les politiques publiques à l’Université d’Ottawa, Linda Cardinal, en a profité pour décocher une flèche envers l’administration municipale. 

« Après de nombreuses années d’absence de leadership de la part de la Ville d’Ottawa en matière de francophonie, les francophobes remplissent le vide. Une action vigoureuse s’impose pour garantir la pérennité du français à la Ville d’Ottawa », a-t-elle écrit. 

La présidente de l’Association des communautés francophones d’Ottawa (ACFO), Soukaina Boutiyeb, déplore elle aussi cette situation. 

« La francophobie, c’est quelque chose que l’on voit de plus en plus ces dernières années. C’est malheureux, mais est-ce que c’est quelque chose qui va nous arrêter dans notre travail ? Non, au contraire, j’inviterais la Ville à être encore plus fière de la communauté francophone. Elle doit l’afficher et ne pas se taire, sinon on risque d’encourager ce type de phénomène », lance-t-elle.