Le garage Gousy de Waterloo a été la proie des flammes, mercredi soir. Le bâtiment de la rue Taylor a été complètement détruit.

Un garage détruit par les flammes à Waterloo

L’atelier de mécanique automobile Gousy, qui avait pignon sur rue depuis bon nombre d’années à Waterloo, a été détruit par un incendie, mercredi soir. Les pompiers ont réussi à éviter la propagation des flammes aux bâtiments voisins, dont des unités d’habitation.

Un passant, qui a remarqué la présence de fumée dans le secteur de la rue Taylor, a alerté les services d’urgence vers 21 h 30, suivi d’un voisin du garage. « À notre arrivée, c’était rempli de fumée. Il y avait des flammes dans le bâtiment et à la toiture », décrit Patrick Gallagher, directeur du Service de sécurité incendie de Waterloo. 

Le garage contenait notamment trois véhicules, un bateau, des pneus, de l’huile à moteur et du diesel. Le travail des sapeurs a été de circonscrire l’incendie et éviter qu’il ne se propage aux bâtiments voisins situés dans un rayon de
150 pieds, dont un quadruplex, des résidences et une industrie. « L’enjeu était de garder l’incendie dans son bâtiment d’origine, d’enrayer la propagation », dit M. Gallagher. 

Une trentaine de sapeurs de Waterloo, Shefford, Lac-Brome, Bromont, Roxton Pond, Granby et Eastman — pendant qu’une équipe de Cowansville était de garde à la caserne waterloise — sont intervenus. Ils ont réussi à éviter toute propagation aux bâtiments voisins. Les pompiers ont entre autres eu recours à leur véhicule d’élévation pour éteindre le brasier.

Durant l’intervention, deux effondrements se sont produits, mais heureusement, aucun sapeur n’a été blessé.

Une pelle mécanique a été mise à contribution pour dégager les débris et éteindre tous les foyers de l’incendie. Au lendemain du sinistre jeudi, il ne restait plus que le mur en façade qui était toujours debout. 

Une équipe d’intervention du ministère de l’Environnement s’est aussi rendue sur place, mercredi, pour s’assurer qu’il n’y avait pas eu de contamination. Les sapeurs avaient d’ailleurs pris soin d’installer des bassins de rétention pour s’assurer qu’il n’y avait aucun ruissellement d’eau contaminée dans les égouts pluviaux. 

Le bâtiment, évalué à 300 000 $, est une perte totale. Tout le contenu a également été détruit par le brasier. La cause du sinistre n’était pas connue, jeudi, mais les sapeurs croient que le feu est d’origine accidentelle.