Josée Francœur a retrouvé son chien Vango, après une mésaventure qui aurait pu mal finir.

Un chien volé «dénonce» ses kidnappeurs

Se faire voler son chien est l’une des dernières choses à laquelle on pourrait songer. C’est pourtant ce qui est arrivé à Josée Francoeur, dont le berger australien a été enlevé sur son propre terrain, cette semaine.

La famille de Mme Francoeur, du secteur Buckingham, à Gatineau, a été chanceuse dans sa malchance. L’animal a été retrouvé, grâce à un concours de circonstances hors du commun.

Lundi matin, Mme Francoeur a fait sortir Vango, son jeune chien de cinq mois. La clôture assez haute ceinturant son terrain devait empêcher l’animal de sauter et de se perdre.

«Je suis retournée dehors pour le faire entrer, mais il ne venait pas. J’ai vu dans la neige, des traces de pas d’une personne qui se dirigeaient vers un stationnement public. J’ai fait le tour de Buckingham, et demandé aux gens s’ils avaient vu mon chien. J’ai croisé un policier, et nous sommes revenus chez moi pour vérifier une deuxième fois s’il pouvait être caché quelque part.»

Mme Francoeur a publié un avis de disparition sur son compte Facebook et sur le site de la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de l’Outaouais. Elle a appris, plus tard, qu’un couple était passé par la SPCA avec son chien afin de lui procurer une médaille et de l’enregistrer en tant que propriétaire, sous un autre nom. «Ils sont débordés, à la SPCA. Ils n’ont pas vu l’annonce que j’avais mise. Puis, mon chien n’était pas encore ‘micropucé’.»

D’ailleurs, Mme Francoeur veut sensibiliser les propriétaires d’animaux à l’importance de faire «micropucer» leur animal de compagnie le plus tôt possible. «Cela m’aurait sauvé bien des tracas. On aurait pu savoir plus rapidement que ce chien n’était pas dans les mains des vrais propriétaires.»

Animalerie

Le clou de l’histoire s’est produit quelques heures plus tard, lorsque l’un des propriétaires de l’animalerie Au Royaume des animaux, Yves Jodoin, l’a appelée.

«Le couple qui avait Vango était en train d’acheter des articles pour lui. Yves ne l’a pas reconnu tout de suite, mais il a été son entraineur en comportement. Il trouvait le chien nerveux. Il a demandé aux clients où ils l’avaient trouvé. L’homme leur a répondu qu’une femme enceinte leur avait donné. Mais, une chose n’allait pas... Le chien semblait bien comprendre les commandements d’Yves. Puis, Vango a commencé à lui donner des coups de museau pour lui faire comprendre qu’il était nerveux et que ça n’allait pas bien. Quand le client a pris Vango dans ses bras, il a hurlé.»

La femme du couple aurait changé sa version en affirmant avoir trouvé l’animal «dans la cour du boucher».

Le propriétaire de l’animalerie gatinoise n’a pas cru leur version. Il a sommé les clients de rester sur place.

«Ce n’est pas la première fois qu’un tel vol se produit à Buckingham et Val-des-Monts», selon Mme Francoeur.

La police de Gatineau a rencontré le couple en possession du chien. L’enquête n’était pas terminée, mardi.