Une femme vit littéralement à la belle étoile depuis qu’elle a été évincée de son logement de la rue Hemlock à Shawinigan.

Triste cas de misère humaine à Shawinigan

Shawinigan — C’est à un triste spectacle auquel ont droit les résidents de la rue Hemlock à Shawingan depuis quelques jours alors qu’une dame qui a été évincée par son propriétaire a décidé d’entreposer tous ses biens sur un terrain vague situé en face de son ancien logis et d’y vivre à la belle étoile.

Des meubles et des électroménagers recouverts d’une mince bâche en plastique afin de les protéger tant bien que mal de la pluie, une voiture remplie à craquer de sacs et d’effets personnels, un chien et deux chats attachés à la voiture et laissés sans surveillance ainsi qu’un coin salon aménagé à ciel ouvert, c’est visiblement tout ce qui reste à Marie-Ève Duhaime. Selon Radio-Canada Mauricie, cette dame s’est récemment retrouvée à la rue après que les policiers l’eurent forcée de quitter son domicile la semaine dernière en vertu d’un ordre de la cour.

Absente lorsque les représentants du Nouvelliste se sont rendus sur les lieux, la femme vit à cet endroit depuis quelques jours selon ce qu’ont raconté certains voisins. Il semble par ailleurs qu’elle n’ait pas voulu se tourner vers les organismes qui auraient pu lui venir en aide et l’héberger afin de lui permettre de traverser ce moment difficile et retomber sur ses pieds.

Le chien de la dame était attaché à la voiture lors de la visite du Nouvelliste.

Sans se réjouir du sort de la dame, des voisins rencontrés n’ont tout de même pas été tendres à son endroit. Désireux de garder l’anonymat par peur de représailles, ils ont indiqué que sa présence dérangeait passablement le voisinage, notamment en raison des nombreuses fêtes qu’elle donnait chez elle et qui se terminaient aux petites heures du matin. Ils semblent d’ailleurs que ses invités n’hésitaient pas à se soulager à l’extérieur, et ce, même en plein jour.

«C’est très triste ce que vous voyez là, mais il y a toute une histoire derrière ça», a mentionné une résidente du secteur.

Il semblerait par ailleurs qu’elle recevait régulièrement la visite des policiers. Toujours selon des voisins, une de ces visites des forces de l’ordre aurait mal tourné. Dans un élan de colère, la dame aurait en effet blessé un agent au visage.

En plus du bruit et son comportement dérangeant, les personnes rencontrées déplorent l’état dans lequel la dame laissait le terrain de l’édifice à appartements qu’elle habitait.

«C’était le bordel», lance un autre voisin.