La Ligne de la Confédération du train léger d'Ottawa entrera officiellement en fonction à 14h samedi.

Train léger d'Ottawa: le jour J est enfin arrivé

Ottawa y est finalement, après plus d’une décennie de planification, de travaux et d’embûches : la Ligne de la Confédération sera en fonction à compter de 14 h samedi.

Après tant d’années à débattre de ce gigantesque projet et à vivre des déceptions en raison des nombreux retards, la fébrilité est palpable chez les Ottaviens. Pour la majorité d’entre eux, ce train léger était une idée un peu floue. Du jour au lendemain, il devient une réalité à intégrer à leur routine.

« C’est un peu comme la veille de Noël, c’est difficile d’aller se coucher », confie le maire d’Ottawa, Jim Watson.

« Pour moi et pour plusieurs personnes qui ont travaillé sur ce projet depuis longtemps, ce sera un moment haut en émotions de voir le train officiellement en mouvement pour les passagers, ajoute M. Watson. Chaque fois que je suis dans une des stations, j’en ressors avec un effet “wow” avec toutes les œuvres d’art qu’on y retrouve. »

À LIRE AUSSI : Les leçons à tirer pour la phase 2

Petit guide utile pour les usagers du train léger

Vies changées

La dernière fois qu’une importante infrastructure de transport en commun a été inaugurée dans la région de la capitale fédérale, ça ne s’est pas tout à fait déroulé comme prévu, rappelle le conseiller de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury.

« J’ai aussi vécu en tant qu’élu à Ottawa, l’entrée en vigueur à Gatineau du Rapibus. C’est une inquiétude que j’ai ici », soutient M. Fleury.

Le conseiller précise toutefois qu’il s’attend à ce que les résidents d’Ottawa apprécient rapidement la Ligne de la Confédération.

« Il y a un groupe de gens qui ne seront pas mieux desservis, tant que la deuxième phase ne sera pas complétée, reconnaît Mathieu Fleury. Ça ne veut pas dire que ça ne valait pas la peine de le faire. À un moment donné, il faut que tu commences quelque part. »

« Ce que les gens vont commencer à voir la semaine prochaine, c’est à quel point c’est rapide pour se rendre d’un bout de la ville à l’autre. Ça prend 27 minutes pour faire le trajet de Blair aux Pré Tunney. Tu ne peux pas faire ça en voiture, même lorsqu’il y a un trafic léger », ajoute son collègue du quartier Kanata-Sud et président de la Commission du transport en commun, Allan Hubley.

Jim Watson souligne que tous les Ottaviens bénéficieront, à tout le moins indirectement, de l’entrée en scène de la Ligne de la Confédération. Tant les usagers du transport en commun que les automobilistes.

« En ce moment, notre service place des gens dans des autobus, pare-chocs à pare-chocs, sur Albert et Slater pour de longs délais. Comme vous le savez, c’est le Transitway, mais ce ne sont que des “losanges” peints sur la voie. Si un taxi ou un camion de livraison s’arrête sur la voie, ça ralentit la circulation et ç’a un effet d’entraînement qui se fait ressentir le reste de la journée », explique le maire d’Ottawa.

« Notre réseau actuel de transport en commun est un peu comme une toile où un chauffeur va sur un circuit à Kanata pour ensuite en faire un à Vanier, mais s’il est pris sur le Transitway ou sur la 417, il ne fait pas son circuit. Une fois que le train léger ouvre, les autobus restent dans certaines zones », ajoute Mathieu Fleury.