La petite de Granby que les juges appelaient X est devenue le symbole de tout ce qui ne va pas à la DPJ.
La petite de Granby que les juges appelaient X est devenue le symbole de tout ce qui ne va pas à la DPJ.

Tragédie de la fillette de la DPJ à Granby : elle s’appelait X

Dans les jugements du Tribunal de la jeunesse, comme c’est l’usage, on la désignait par une lettre. Il y a un an, son décès a tant bouleversé le Québec qu’elle a transcendé cet anonymat. On a vu passer son nom, son visage. Et la petite de Granby que les juges appelaient X est devenue le symbole de tout ce qui ne va pas à la DPJ. Mais qu’est-ce qui s’est passé pour qu’une fillette suivie depuis sa naissance par les services sociaux meure après avoir été ligotée et bâillonnée dans la maison de son père?

Sur la photo, la petite est enveloppée dans une couverture. Elle est sur son lit d’hôpital, le lit où elle va bientôt mourir. Elle est maigre. Son visage est blafard. Après qu’elle a rendu son dernier souffle, parce qu’on a débranché le respirateur, sa grand-mère prend la petite dans ses bras. Son corps ne pèse presque rien.