L'ancien joueur des Nordiques Alain Côté, connu comme le «boeuf de Matane».

Tournoi pee-wee: ovation pour Côté, Fraser très peu hué

Kerry Fraser persiste et signe «le but d’Alain Côté n’était pas bon». L’ancien arbitre a maintenu sa position lors de sa présence au Tournoi pee-wee de Québec, où l’accueil n’a pas été marqué par une avalanche de huées. À la surprise du principal intéressé.

«À vrai dire, c’était de la musique à mes oreilles. Quand un arbitre commence à se faire applaudir ça veut dire qu’il ne fait pas bien son travail, je suis correct avec les huées surtout avec ces deux gars (Alain Côté et Chris Nilan) pour me protéger», a déclaré un Kerry Fraser tout sourire. 

Après Eric Lindros la semaine précédente, c’était au tour de Fraser et d’Alain Côté d’avoir droit à un moment de réconciliation au Tournoi pee-wee.

Et ce même s’il n’y a pas plus de conflits entre les deux hommes depuis longtemps.

En 2019, en plus d'avoir joué dans une publicité ensemble, ils ont eu l’occasion de se croiser lors du Pro-Am de Simon Gagné et Patrice Bergeron. 

Pour Alain Côté la page est tournée.

«Un moment donné, il faut passer à autre chose et c’est ce qu’on a fait. [Kerry] c’est un bon Jack comme on dit.»

Alain Côté et Kerry Fraser ont tourné la page sur la controverse du fameux but, même s'ils conservent tous les deux leur point de vue.

Situation amplifiée par Bergeron

Si Alain Côté a tourné la page sur cette décision controversée de Fraser, il n’en est rien pour son ancien entraineur Michel Bergeron.

«J’ai appelé mon bon ami Michel Bergeron, et il n’est toujours pas d’accord avec moi, mais nous sommes amis maintenant», a déclaré en rigolant Kerry Fraser.

De son côté, Alain Côté croit que la tribune médiatique de Michel Bergeron a permis à cette controverse de perdurer depuis 1987.

«C’est Michel [Bergeron] qui en a parlé le plus et avec sa présence médiatique. Chaque fois qu’un but était refusé, il le comparait au mien. C’est sa faute si on en parle tous les jours.»

Et avec les reprises vidéos?

De nos jours, les arbitres de la Ligue nationale de hockey sont moins portés à prendre des décisions controversées sur un but, et ce, grâce à toutes les technologies existantes pour voir un jeu sous tous les angles. Des moyens qui peuvent avoir un impact sur les décisions des arbitres.

Mais même en revoyant la scène, encore et encore, sur vidéo, l’ancien arbitre maintient que le but n’était pas bon. «Mon travail était de réagir et je l’ai fait».

Pour lui, il y a eu un contact intentionnel entre le centre des Nordiques Paul Gillies et le gardien du Canadien Brian Hayward, sans aucun doute.

«J’ai dû prendre la bonne décision selon ce que j’ai vu», ajoute-t-il.

Fraser a également déclaré que la raison de la défaite des Nordiques n’est pas seulement imputable à sa décision sur le but de Côté.

«Les joueurs des Nordiques ne se sont jamais remis émotionnellement de cette décision. Il fallait continuer à jouer!»

Les amateurs de Tournoi pee-wee auront peut-être l’occasion de revoir Fraser l’an prochain, alors qu’il pourrait venir à titre d’arbitre. Mais il y a un petit problème…

«Je ne sais pas si on va me permettre de le faire sans casque», a lancé Kerry Fraser, reconnu pour avoir arbitré avec sa célèbre coiffure au vent.

Kerry Fraser (centre) avait refusé un but d'Alain Côté lors d'un match entre les Nordiques de Québec et le Canadien de Montréal. Les partisans ont encore un goût amer, 30 ans plus tard.