«Parmi les paramètres qui doivent orienter toute réforme du mode de scrutin se trouve celui du maintien de l’unité de la nation ainsi que celle de son territoire», propose Léonce Naud.
«Parmi les paramètres qui doivent orienter toute réforme du mode de scrutin se trouve celui du maintien de l’unité de la nation ainsi que celle de son territoire», propose Léonce Naud.

Scrutin proportionnel et intégrité du territoire Québécois

Léonce Naud
Léonce Naud
Deschambault
POINT DE VUE / Parmi les paramètres qui doivent orienter toute réforme du mode de scrutin se trouve celui du maintien de l’unité de la nation ainsi que celle de son territoire. Demandons-nous donc si un mode de scrutin de type proportionnel est susceptible de freiner ou au contraire de favoriser l’émergence de forces ou de partis politiques irrédentistes, régionaux plutôt que nationaux. 

Il existe au Québec une nébuleuse de groupes ethniques, culturels, religieux, linguistiques, situés pour la plupart dans la partie ouest du territoire du Québec. Très populeuse, cette région jouxte la province de l’Ontario, laquelle présente un univers culturel analogue susceptible d’exercer une force d’attraction culturelle, économique et politique considérable en cas de changement fondamental du statut politique actuel du Québec. 

À LIRE AUSSI: La réforme électorale pour ne pas retourner à l’anormal 

Qui plus est, l’immigration massive à Montréal et dans l’Outaouais aura comme résultat qu’en cas de référendum gagnant portant sur l’indépendance du Québec, une majorité de la population de la région métropolitaine tout comme celle de l’Outaouais pourrait faire connaître vigoureusement sa décision irrévocable de continuer à vivre au Canada plutôt que de se voir confinée dans un Québec indépendant. 

L’expérience du Programme des commandites nous montre qu’Ottawa appuierait fermement voire militairement un tel courant séparatiste pro-Canada. Une volonté de rattachement de plusieurs régions présentement québécoises au reste du Canada serait alors exprimée vigoureusement, démocratiquement et même internationalement par un parti politique régional tout à fait légitime. 

Enfin, on peut compter sur Ottawa pour s’assurer du respect physique des frontières du territoire d’une nouvelle et vibrante «Province of Montreal». D’où l’importance, pour quelque mode de scrutin que ce soit, de ne pas ouvrir la porte ni rendre possible l’émergence de tels partis politiques aux visées éventuellement irrédentistes.