Reprises des activités sportives et artistiques à l'école le 14 septembre [VIDÉO]

Olivier Bossé
Olivier Bossé
Le Soleil
Les activités sportives et artistiques à l’école impliquant des élèves de plus d’une classe devraient reprendre le 14 septembre. «Si tout se passe bien» d’ici là, prévient François Legault.

Le premier ministre François Legault en a fait l’annonce vendredi après-midi, lors d’un point de presse à L’Assomption.

«Avec la Santé publique, on voulait se donner le maximum de chances pour que cette rentrée se passe bien en gardant les élèves d’une même classe ensemble. Aujourd’hui, je vais aller plus loin en fixant une date. Le 14 septembre, toutes les activités seront remises en place. Si tout se passe bien, si les consignes sont appliquées, si le nombre de cas reste au même niveau qu’actuellement», a déclaré M. Legault.

La consigne d’abord énoncée mercredi matin par le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, avait causé une commotion dans le réseau scolaire, en pleine rentrée déjà chambardée par la COVID-19.

La grande majorité des programmes sports-études ou arts-études, concentrations et autres profils particuliers se trouvaient prisonniers du concept de classe-bulle et incapables d’organiser leur volet sportif ou artistique. Même chose pour les activités parascolaires.

Critiques venues même... de la CAQ

Le ministre Roberge était ainsi sous le feu des critiques depuis 48 heures. MM. Legault et Roberge avaient ainsi établi le 1er octobre comme date préliminaire pour un retour possible à la «normale» dans ce dossier.

Une manifestation avait quand même eu lieu vendredi matin à Québec pour dénoncer la mise sur la glace des programmes sports-études et arts-études et des activités parascolaires. Certaines directions d’écoles avaient même dit souhaiter aller quand même de l’avant, alors que des programmes s’organisaient en marge du cadre scolaire habituel.

À LIRE AUSSI: Les jeunes manifestent à Québec pour le maintien des sports scolaires

La Commission relève de la Coalition avenir Québec, l'aile jeunesse du parti au pouvoir, avait pour sa part demandé au gouvernement de revenir sur cette décision.

Le centre de services scolaire des Découvreurs, qui couvre l’ouest de Québec, a même annoncé vendredi que la consigne du ministre Roberge le forçait à repousser sa rentrée d’une semaine pour la plupart de ses élèves, soit au 8 septembre.

Deux semaines d’«incohérence» au lieu d’un mois

Au Parti québécois, on ne peut se réjouir de voir le gouvernement raccourcir un mois d’«incohérence» à deux semaines.

«Le gouvernement annonçait hier que la situation serait incohérente pendant au moins 4 semaines. 24h plus tard, le gouv. annonce que... ce sera incohérent pendant au moins 2 semaines. D’où sort cette nouvelle date?» s’est exprimée sur Twitter la députée de Gaspé et porte-parole péquiste en matière de sports, de loisirs et de saines habitudes de vie, Méganne Perry Mélançon.

Sa collègue Véronique Hivon, critique dans le domaine de l’éducation, parle d’«une porte de sortie bancale juste pour essayer de ne pas perdre la face».

Chez les libéraux, Enrico Ciccone, porte-parole de l’opposition officielle en matière de sports, de loisirs et de saines habitudes de vie, s’est dit «content que nos jeunes en programmes sports scolaires aient maintenant une date». L’ex-hockeyeur de la LNH a aussi félicité «tous ceux qui se sont mobilisés». Avec La Presse Canadienne

À LIRE AUSSI: Sport étudiant: des réactions entre la déception et le soulagement