À sa troisième saison dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, Alexis Lafrenière, un ailier gauche de 18 ans, a dominé à tous les niveaux. Il a terminé au premier rang des marqueurs dans toute la Ligue canadienne avec une récolte de 112 points en seulement 52 parties, pour une moyenne de 2,15 points par match.
À sa troisième saison dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, Alexis Lafrenière, un ailier gauche de 18 ans, a dominé à tous les niveaux. Il a terminé au premier rang des marqueurs dans toute la Ligue canadienne avec une récolte de 112 points en seulement 52 parties, pour une moyenne de 2,15 points par match.

Repêchage: Alexis Lafrenière devra attendre davantage pour connaître son sort

SECAUCUS, N.J. — L’attaquant québécois Alexis Lafrenière ne sait toujours pas ce que l’avenir lui réserve.

À l’issue du tirage au sort en vue de la séance de sélection de la LNH de 2020 tenu vendredi, une équipe qui doit participer à la ronde qualificative des séries éliminatoires a hérité du premier choix, et de la chance de mettre la main sur le plus bel espoir nord-américain.

Cette équipe proviendra du groupe de huit formations qui subiront l’élimination lors de la ronde qualificative, si le tournoi a lieu. C’est donc dire qu’un autre tirage au sort devra être organisé.

Ce deuxième tirage doit avoir lieu après la ronde qualificative. Chacune des huit équipes qui seront éliminées lors de cette ronde initiale aura 12,5 pour cent des chances de l’emporter.

L’une de ces équipes pourrait être le Canadien de Montréal, qui doit affronter les Penguins de Pittsburgh lors de la ronde qualificative dans une série 3 de 5.

Les autres grands gagnants de ce tirage au sort sont les Kings de Los Angeles qui ont grimpé de deux places, du quatrième au deuxième échelon.

«C’est une soirée intéressante quand vous entrez là-dedans, parce que vous connaissez toutes les probabilités et tous les différents scénarios», a déclaré le directeur général Rob Blake.

«Nous étions quatrièmes quand nous avons abordé la soirée et nous avons terminé deuxièmes, et nous sommes emballés par cette opportunité.»

Les Sénateurs d’Ottawa, qui détenaient 25 pour cent des chances de gagner le tirage au sort grâce à leur sélection et celle des Sharks de San Jose, ont hérité des troisième et cinquième choix.

«Nous savions tous que ça pourrait arriver», a déclaré le directeur général Pierre Dorion, quant à la possibilité qu’une équipe de la ronde qualificative obtienne le premier choix.

Quant aux Red Wings de Detroit, qui possédaient les meilleures probabilités de remporter la loterie, à 18,5 pour cent, ils ont glissé au quatrième échelon, faisant d’eux les grands perdants de cette soirée.

Les Ducks d’Anaheim, les Devils du New Jersey et les Sabres de Buffalo sélectionneront aux 6e, 7e et 8e rangs.

«Toujours pas repêché, donc nous allons devoir attendre un peu», a réagi Lafrenière lors de la télédiffusion du tirage au sort.

À sa troisième saison dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, Lafrenière, un ailier gauche de 18 ans, a dominé à tous les niveaux. Il a terminé au premier rang des marqueurs dans toute la Ligue canadienne avec une récolte de 112 points en seulement 52 parties, pour une moyenne de 2,15 points par match.

Il est devenu seulement le deuxième joueur, après Sidney Crosby en 2004 et en 2005, à être nommé le Joueur de l’année au pays lors de deux saisons consécutives. Il a également remporté le Trophée Michel-Brière, remis au joueur le plus utile à son équipe dans la LHJMQ pour une deuxième année consécutive, et mérité le titre de Personnalité de l’année dans la LHJMQ lors de ses deux dernières saisons.

Lafrenière a aussi aidé le Canada à remporter le Championnat mondial de hockey junior en janvier, et a été choisi le joueur le plus utile du tournoi.

«Il a montré à tous les niveaux, à chaque événement, qu’il est capable d’être celui qui fait la différence», a déclaré Dan Marr, directeur de la Centrale de recrutement de la LNH.

«Il sait ce que doit être fait, et il peut aller sur la glace et le faire. Il n’y a pas beaucoup de joueurs qui peuvent prendre le contrôle d’un match, d’une situation. Il a le talent, les habiletés, la vitesse, l’intelligence, le niveau de compétitivité, le côté batailleur, la persévérance, la volonté d’être le meilleur, et la volonté de gagner.»

Lafrenière espère devenir le premier Québécois depuis le gardien Marc-André Fleury, en 2003 par les Penguins de Pittsburgh, à être réclamé au sommet du repêchage.

S’il est l’heureux élu, Lafrenière deviendrait aussi le troisième porte-couleurs de l’histoire de l’Océanic de Rimouski à être sélectionné au premier rang du repêchage de la Ligue nationale. Vincent Lecavalier, par le Lightning de Tampa Bay en 1998, et Crosby, par les Penguins de Pittsburgh en 2005, sont les deux autres.

Quinton Byfield, un colosse joueur de centre de 17 ans des Wolves de Sudbury, est perçu par de nombreux observateurs comme le deuxième meilleur espoir de la séance de sélection de 2020. D’autres voient plutôt le centre allemand Tim Stutzle.

«C’est tout un repêchage, surtout au sommet», a analysé le directeur général des Flames de Calgary, Brad Treliving, dont l’équipe se prépare à rencontrer les Jets de Winnipeg lors de la ronde qualificative.

«Il y a de très bons joueurs.»

Cette première phase du tirage au sort coïncidait avec ce qui aurait normalement dû être la première journée de la séance de sélection de la LNH, au Centre Bell.