Québecor en a assez de voir ses médias blâmés par le Conseil de presse du Québec (CPQ) — dont ils ne sont pas membres — et demande à la Cour supérieure de bâillonner pour de bon le tribunal d’honneur face à ses médias.

Québecor poursuit le Conseil de presse

Québecor en a assez de voir ses médias blâmés par le Conseil de presse du Québec (CPQ) — dont ils ne sont pas membres — et demande à la Cour supérieure de bâillonner pour de bon le tribunal d’honneur face à ses médias.

Dans une requête en injonction permanente déposée mercredi en Cour supérieure à Montréal, le Journal de Montréal et le Groupe TVA réclament de plus 200 000 $ en dommages compensatoires et punitifs pour deux décisions récentes que l’on estime avoir porté atteinte à la réputation du Journal de Montréal et que l’on qualifie de diffamatoires.

Dans l’une des décisions, le Journal a été sévèrement blâmé par le CPQ pour avoir faussement attribué le 4 mai 2017 deux citations à une dame évacuée lors des inondations printanières dans l’ouest de l’île de Montréal.

Dans un cas, une citation avait été ajoutée en fin de texte à l’insu de la journaliste qui avait écrit l’article. Dans l’autre cas, la citation avait été publiée en Une du Journal sous forme d’un ballon illustrant des propos que la dame était en train d’écrire sur son téléphone cellulaire alors qu’elle était dans une chaloupe.

Or, la poursuite reproche au Conseil d’avoir bâclé l’enquête puisque la citation avait bel et bien été recueillie, mais par un photoreporter de l’agence QMI. Dans l’autre cas, celui de la page frontispice, le Journal admet que le texte «n’est aucunement une citation [de la dame en question], mais un élément humoristique relevant de la caricature — une institution bien reconnue dans le milieu journalistique».

Dans la deuxième décision, le Conseil avait blâmé le chroniqueur Richard Martineau pour avoir manqué «à son devoir de rigueur de raisonnement en remettant en doute la définition d’enfant-soldat» retenue par la plupart des organisations internationales dans une chronique sur l’affaire Omar Khadr.

Dans ce cas, la poursuite soutient que la décision, qui n’était pas unanime au sein du groupe chargé de l’analyse au Conseil de presse, est arbitraire et contraire à la liberté d’opinion.

Le droit «de ne pas s’associer»

Le Journal de Montréal et le Groupe TVA rappellent qu’ils se sont retirés du Conseil de presse en 2010 et en 2008 respectivement et qu’ils ne reconnaissent aucune juridiction à cet organisme auquel ils reprochent la faiblesse des motifs de ses décisions, leur caractère arbitraire, leur manque de rigueur et leur appréciation biaisée des faits.

Ils affirment qu’en continuant de traiter des plaintes à leur égard alors qu’ils ne sont pas membres, le Conseil de presse porte atteinte à leur droit fondamental d’association, tel que prévu à la Charte des droits et libertés, «qui comprend la liberté de ne pas s’associer».

Ils demandent donc au tribunal d’ordonner au Conseil de cesser de traiter, d’enquêter et de rendre des décisions sur les plaintes à leur endroit.

Le CPQ prudent

Le Conseil n’a pas voulu réagir à cette poursuite, indiquant par voie de communiqué qu’il «prendra connaissance de la procédure avant de faire davantage de commentaires».

Prudent, l’organisme dit prendre cette poursuite au sérieux et précise qu’il «mandatera ses avocats pour y répondre».

La directrice du Centre d’études sur les médias et professeur de journalisme à l’Université Laval, Colette Brin, estime que «la question de fond, à savoir si le Conseil de presse a la légitimité pour juger de plaintes concernant les médias Québecor, est intéressante», puisque Québecor n’en fait pas partie.

Elle se demande toutefois si les tribunaux sont «le meilleur lieu pour en discuter».

Mme Brin confie qu’il est «embêtant que les médias Québecor refusent de se défendre [devant le Conseil], mais ensuite le poursuivent parce qu’ils rejettent la décision». «Pourquoi n’ont-ils pas donné leur version avant, où à tout le moins quand la décision a été publiée?»

Selon elle, Québecor aurait eu un argument assez solide dans le cas du chroniqueur Richard Martineau. «Un blâme pour manque de rigueur, c’est un peu limite. Bon nombre des chroniques publiées ne résisteraient pas à un tel test», fait-elle valoir.

Elle a toutefois un peu plus de mal avec l’argument de la caricature pour justifier la citation faussement attribuée en Une. «S’ils prennent leur mission d’information au sérieux, ils ne peuvent pas se dédouaner en disant qu’ils font de l’humour.»

Quoi qu’il en soit, elle trouve dommage que Québecor cherche à se soustraire à tout mécanisme critique de son travail. «Un groupe médias d’une telle importance, s’il ne veut pas participer au Conseil de presse, devrait se doter d’un mécanisme de réception des plaintes, de médiation. Les tribunaux, c’est trop lourd pour le commun des mortels», note-t-elle.