Philippe Couillard et Jean-François Lisée étaient de passage à Gatineau au lendemain de la tornade.

Québec annonce une aide d'urgence de 1 million $

En visite à Gatineau, le premier ministre Philippe Couillard a annoncé samedi matin l'octroi par le gouvernement du Québec d'une aide d'urgence de 1 million $ à la Croix-Rouge afin de venir en aide aux sinistrés de la tornade de force 3 qui a frappé la région.

Les fonds pourront servir au logement d’urgence et pour l’achat de nourriture, par exemple.

M. Couillard en a fait l’annonce après avoir visité une partie de la zone sinistrée dans le secteur Mont-Bleu, en compagnie du maire Maxime Pedneaud-Jobin, de la directrice générale de la Ville, Marie-Hélène Lajoie, des députés libéraux de la région, du ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, ainsi que du chef du Parti québécois (PQ) et de l’opposition officielle, Jean-François Lisée, qui a lui aussi fait une pause dans sa campagne électorale en raison des circonstances exceptionnelles.

Les élus, visiblement émus par ce qu’ils ont vu sur le terrain, se sont adressés aux médias lors d’un point de presse à l’intersection du boulevard Mont-Bleu et de la rue Daniel-Johnson. Ils avaient un peu plus tôt participé à une rencontre avec le maire Pedneaud-Jobin et les intervenants de la sécurité civile au Cégep de l’Outaouais, qui sert actuellement de centre d’hébergement temporaire pour les sinistrés.

«C’est un autre drame de catégorie climatique, a noté le premier ministre Couillard. Gatineau a été la cible à plusieurs reprises de pluies diluviennes, de grandes inondations et voici maintenant cette tornade qui a fait des dégâts énormes et des centaines de personnes qui ont dû quitter leur domicile.»

Tant M. Lisée que M. Couillard se sont dits émus de voir l’ampleur des dommages et surtout tous ces sinistrés au Cégep de l’Outaouais qui ne savent toujours pas de quoi demain sera fait. Ils ont été particulièrement marqués par l’inquiétude des parents pour leurs enfants.

«Ce sont ici des gens qui ne sont souvent pas au sommet de l’échelle économique, comme si le sort s’acharnait sur eux deux fois, a affirmé M. Couillard. Ce sont des gens de toutes origines, beaucoup de diversité, des gens qui ont quitté des zones où il y avait des événements dramatiques, et de se retrouver dans ces circonstances doit être particulièrement difficile. J’ai été touché tantôt de rencontrer ces gens qui ont dû quitter leur domicile. Tout le Québec est ému de voir ça.»

Jean-François Lisée a pour sa part salué la rapidité d’intervention de la Ville de Gatineau et de la Croix-Rouge pour déployer les mesures d’urgence. «Il faut adapter notre société à ce genre de situation, a-t-il dit. C’est la prudence élémentaire maintenant de s’attendre à ce qu’on vive ce genre d’événements. Il faut lutter contre la crise climatique, mais aussi savoir que des effets de cette crise vont nous toucher brutalement.»

M. Couillard a ajouté que ceux qui doutaient encore de l’existence réelle et concrète des changements climatiques en ont aujourd’hui une nouvelle preuve.

Il a également précisé que si les besoins se font sentir dans les prochains jours, Québec sera au rendez-vous et accordera d’autres sommes d’argent à la suite de la catastrophe.

Solidarité

Le maire Pedneaud-Jobin a affirmé que ce genre de visite politique en temps de crise peut paraître protocolaire et inutile, mais il n’en est rien, a-t-il affirmé. «Ce sont des visites importantes qui envoient un message à la population que les autorités sont là, qu’elles appuient la démarche, sont solidaires et prêtes à donner leur aide.»

Le premier ministre Couillard a par ailleurs invité les Québécois à faire un don en argent à la Croix-Rouge. Il a indiqué qu’il ferait un don personnel dans les prochaines heures. Le premier ministre s’est ensuite rendu dans la municipalité de Pontiac, où les orages violents ont aussi causé d’importants dégâts.

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) François Legault et la co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, sont aussi venus constater les dégâts en fin d’après-midi, en plus de rencontrer le maire Pedneaud-Jobin.