Plus de 30 000 personnes ont assisté aux spectacles présentés dans le cadre des Musiparcs TD.
Plus de 30 000 personnes ont assisté aux spectacles présentés dans le cadre des Musiparcs TD.

Près de 30 000 personnes pour les Musiparcs TD

Mario Boulianne
Mario Boulianne
Le Droit
Qu’ont en commun Kaïn, Matt Lang, Mélissa Ouimet, Bleu Jeans Bleu et Marc Dupré ? Ils étaient tous de la programmation des spectacles Musiparc qui ont pris fin dimanche, à Gatineau.

Cette série de spectacles a été présentée dans un contexte totalement inédit et pour le moins déstabilisant pour les artistes qui y participaient.

« Y a vraiment rien qui nous préparait à ce genre de concert, confie la chanteuse franco-ontarienne Mélissa Ouimet lorsque jointe par Le Droit lundi. J’ai été celle qui a brisé la glace lors du premier spectacle de la série dans la baie de Beauport, à Québec, le 19 juin. J’étais en première partie de Marc Dupré et je faisais face à un parterre de voitures. Je te dis que ça n’avait rien de banal. »

La chanteuse qui, par la suite, a suivi Dupré pour cinq autres représentations et qui a présenté son spectacle complet à Gatineau dimanche dernier, n’en revenait pas de l’intensité de ces soirées et de la réaction de ses complices sur scène.

« Il n’y avait pas un musicien qui n’était pas excité de monter sur scène, ajoute-t-elle. En coulisses avant les shows, on sentait clairement cette fébrilité et je dirais aussi, une certaine appréhension face à l’inconnu. Parce que personne n’avait vécu ça auparavant. Même pas les gens dans leur voiture. »

Pour les producteurs, Musicor Spectacles et Gestev, le défi était de taille.

« On a abordé le projet comme une solution temporaire à un problème temporaire, confiait au Droit Sébastien Côté, directeur principal à la division Management et Spectacles de Québecor Sports & Divertissement. On avait mis la table aux musiparcs au début du mois d'avril. À ce moment, le Québec vivait un décalage avec l’Europe quant au déconfinement. On a vu sur internet qu’en Allemagne, on offrait des spectacles sur des écrans de ciné-parc en même temps que des prestations live, sur place. Ce fut notre inspiration pour créer les Musiparcs TD. »

L’équipe de Sébastien Côté a donc mis en place une programmation de 103 spectacles répartis sur cinq sites soit Gatineau, Québec, Mercier, Mirabel et Bromont.


« On a abordé le projet comme une solution temporaire à un problème temporaire. »
Sébastien Côté, Québecor Sports & Divertissement

Au total, près de 30 000 personnes ont assisté à ces spectacles qui se sont déclinés sur 23 jours. Au terme de cette programmation, 22 artistes principaux, 12 artistes « Découvertes » et cinq humoristes de la relève ont été présentés au public.

« On peut dire mission accomplie ce matin, d’ajouter M. Côté. On a réalisé un beau projet qui a donné du travail à 325 artisans du monde de spectacle et permis à tous ces artistes de remonter sur scène. »

«Contexte exceptionnel»

Avec une moyenne d’un peu moins de 300 personnes par spectacle, on est loin des foules des grands festivals. Par contre, les organisateurs s’entendent pour dire que l’exercice n’était pas de faire des profits, mais plutôt de remettre les artistes sur scène, « dans un contexte tout à fait exceptionnel. » 

« On doit être honnête, la rentabilité n’était pas le premier objectif du projet, avoue M. Côté. En temps normal, on n’aurait pas pu tenir un tel événement, avec les budgets que l’on avait. Nos fournisseurs de même que les artistes ont été très compréhensifs étant donné les circonstances. »

Quant aux artistes, ceux interpellés par Le Droit sont unanimes, l’expérience fut une réussite.

« Quand la magie embarque, on se retrouve exactement dans nos bottillons : en train de faire un spectacle pour des gens heureux d’être là, raconte Claude Cobra, chanteur de Bleu Jeans Bleu, dans un communiqué émis par les organisateurs. On réalise aussi que, pour certaines personnes, c’est un contexte idéal, car il y a de l’espace et c’est hyper confortable pour voir un show par un coquet soir d’été. »

«Ce fut tout un party, de conclure Mélissa Ouimet. Les gens ont eu un plaisir fou à faire clignoter les lumières de leur voiture, à actionner les klaxons et les essuis-glace. Je suis contente d’avoir pris part à tout ça.»