De nombreux véhicules faisaient la file sur l'autoroute 50, mardi matin.

Pont des Draveurs: trois voies ouvertes en direction est

Le retour à la maison devrait être bien moins pénible que l'heure de pointe matinale à Gatineau, mardi.

La circulation était très lente sur l’autoroute 50 en direction d’Ottawa et du centre-ville de Gatineau, mardi matin. Un test effectué en début de matinée a permis d'établir qu'il fallait plus de deux heures pour se rendre au bout de l'autoroute.

Peu après 8h50, la file de voitures s’étendait toujours jusqu’à la montée Paiement, dans le secteur Gatineau.

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) a effectué un test à 6h mardi matin et il a fallu entre 2h et 2h30 pour se rendre au bout de l’autoroute 50, à partir de la montée Paiement. À 9h20, on estimait que la durée de ce trajet pouvait encore être de 60 à 90 minutes.

À LIRE AUSSI: Un muret en métal aux abords de la 50

Le bouchon de circulation commençait avant la montée Paiement dans le secteur Gatineau, mardi matin.

Ces retards sont probablement causés par la présence d’un plus grand nombre de véhicules sur les routes et par la fermeture d’une voie à la hauteur du pont des Draveurs, selon la porte-parole du MTQ en Outaouais, Rosalie Faubert.

Cette dernière a confirmé en milieu d'après-midi que la situation sera différente en direction est en ce qui a trait au nombre de voies ouvertes sur l'autoroute 50. Les trois voies seront accessibles en direction est pour le retour à la maison.

La nuit dernière, le MTQ a procédé à l’installation d’un mur de métal pour protéger l’autoroute des inondations. Pour exécuter les travaux, «l’AquaDam» en bordure de la chaussée a dû être retiré temporairement.

«Pendant l’installation des “palplanches”, l’eau a monté sur la chaussée, ce qui a fait en sorte que nous n’avons pu ouvrir la troisième voie de circulation ce matin», explique Mme Faubert.

Le MTQ réitère que pour les prochains jours, il est important que les usagers de la route contribuent à la diminution du nombre de voitures sur les artères principales en effectuant du covoiturage, en empruntant le transport en commun, en modulant leurs heures de travail ou encore en choisissant le télétravail.