Le film «La disparition des lucioles», de Sébastien Pilote, sera présenté en première québécoise. Un tapis rouge aura lieu en prélude de l’œuvre projeté en ouverture du FCVQ le 13 septembre.

Plus de 200 films au menu du Festival de cinéma de la Ville de Québec

Quelque 200 films, dont 67 longs-métrages, s’éclateront sur les écrans lors du prochain Festival de cinéma de la Ville de Québec (FCVQ), du 13 au 22 septembre. Pour l’occasion, la grande fête du septième art en profitera pour saluer la carrière du vétéran cinéaste André Forcier et rendre hommage à la mémoire de Pauline Julien.

Le directeur de la programmation du FCVQ, Olivier Bilodeau, a rencontré la presse mercredi afin de parler des grandes lignes de l’événement dont l’épicentre sera encore une fois situé à Place d’Youville. Deux salles du Palais Montcalm, le Conservatoire d’art dramatique, le Musée national des beaux-arts du Québec, la poudrière de l’Esplanade et la cathédrale Holy Trinity accueilleront les projections cette année.

Outre le film d’ouverture, La disparition des lucioles, de Sébastien Pilote, présenté en première québécoise, on s’attend à un tapis rouge achalandé avec la projection du documentaire de Jean-Marc E. Roy, Des histoires inventées, consacré à la carrière d’André Forcier. Le réalisateur sera présent à Québec pour cette soirée, le 15 septembre, au MNBAQ, ainsi que pour les séances consacrées à deux de ses films, Bar salon et Une histoire inventée.

En raison de la feuille de route d’un de nos plus illustres cinéastes, les têtes connues risquent d’être nombreuses à cette première, indique Olivier Bilodeau. Parmi elles, Roy Dupuis, Céline Bonnier et Donald Pilon, des habitués de ses productions. 

Le festival rendra également hommage à la chanteuse Pauline Julien, 20 ans après son décès, à travers le documentaire Pauline Julien, intime et politique, réalisé par Pascale Ferland, présenté le 15 septembre en après-midi. En toile de fond de la carrière de l’artiste, un portrait de l’histoire du Québec dans l’effervescence de l’après-Révolution tranquille. 

Parmi les nombreux longs-métrages à l’affiche, plusieurs productions étrangères remarquées dans des festivals de prestige : Cannes, Berlin, Sundance, South by Southwest, Tribeca et Toronto.

Un hommage sera rendu à la chanteuse Pauline Julien (photo) à travers le documentaire «Pauline Julien, intime et politique», réalisé par Pascale Ferland.

Mieux connu des distributeurs

Huit ans après sa création et fort d’un achalandage en progression — 45 000 billets vendus l’an dernier — le FCVQ établit lentement mais sûrement sa réputation dans le monde des festivals de cinéma. «Ça reste toujours un défi puisque chaque film représente une négociation, mais le bassin auquel on a accès est plus grand puisque les distributeurs nous connaissent. On n’a plus à prouver que le FCVQ est un événement qui fait les choses sérieusement», reconnaît Olivier Bilodeau.

Parmi les autres événements au menu, mentionnons la projection du chef-d’œuvre de Fritz Lang, Metropolis, en formule ciné concert, le vendredi 14 septembre, à la salle Raoul-Jobin du Palais Montcalm. La célèbre œuvre de science-fiction sera mise en musique par une quinzaine de membres de l’Orchestre symphonique de Québec, dirigés par Gabriel Thibaudeau.

La cathédrale Holy Trinity sera le théâtre de deux séances spéciales, où les cinéphiles voyageront dans le temps grâce à un rare spectacle de lanterne magique, l’ancêtre du cinéma, et un programme de «vieilles vues», construit à partir d’archives de la première moitié du 20e siècle de la Ville de Québec.

Finalement, les fans de science-fiction ne voudront pas rater l’occasion de rencontrer un artiste de l’ombre, le vétéran Colin Cantwell, concepteur de plusieurs vaisseaux spatiaux mémorables, dont L’Étoile de la mort, de la saga Star Wars. Le rendez-vous est fixé le 16 septembre, à 13h, au MNBAQ.

Place d’Youville plus animée

Pendant toute la durée du festival, la place d’Youville sera le point de chute des cinéphiles. «On veut rendre l’endroit encore plus festif, de 17h à 20h, avant les projections», mentionne Olivier Bilodeau, donnant en exemple des séances de work out à partir de vidéos de Jane Fonda et une séance de doublage en direct, avec Alain Zouvi.

Les projections en plein air, très courues, seront également de retour, avec Il était une fois dans l’Ouest, Karate Kid 1 et 2, Nô, Un prince à New York (avec l’inimitable voix d’Eddie Murphy en version française…) et, petit clin d’œil à Paul McCartney qui sera en spectacle à Québec le 17 septembre, A Hard Day’s Night, mettant en vedette les Beatles.

Tout cela en attendant l’ouverture, l’an prochain, du Diamant de Robert Lepage, qui permettra au FCVQ de déployer encore plus grand ses ailes…

+

QUELQUES FILMS À SURVEILLER

The Great Darkened Days/La grande noirceur (Maxime Giroux, Québec)

Le réalisateur de Félix et Meira raconte l’histoire d’un déserteur québécois qui, à l’époque de la Seconde Guerre mondiale, se retrouve dans l’Ouest canadien à participer à des concours de personnificateur de Charlie Chaplin. Au générique : Martin Dubreuil, Romain Duris, Reda Kateb et Sarah Gadon.

Leto (Kirill Serobrennikov, Russie)

Présenté dans la section Un certain regard du Festival de Cannes, ce long-métrage d’un réalisateur russe assigné à résidence à Moscou, porte sur la naissance du rock dans l’URSS de la Perestroïka, au début des années 80, à travers l’histoire d’un groupe de jeunes.

Gueule d’ange (Vanessa Filho, France)

Marion Cotillard incarne une mère célibataire immature qui, après une rencontre dans un bar, décide d’abandonner sa fille de 8 ans. Présenté à Un Certain regard à Cannes.

Monsieur Je-sais-tout (François Prévôt-Leygonie et Stephan Archinard, France)

Un entraîneur de soccer célibataire voit débarquer dans sa vie son neveu autiste de 13 ans. Avec Arnaud Ducret et Max Baissette de Malglaive.

Djam (Tony Gatlif, France-Turquie-Grèce)

Un drame poétique sur le périple d’une jeune Grecque en Turquie avec, en toile de fond, l’exil des migrants africain. Du réalisateur de Liberté et de Latcho Drom.

+

VOUS VOULEZ Y ALLER

  • Quoi: Festival de cinéma de la Ville de Québec
  • Quand: du 13 au 22 septembre
  • : Palais Montcalm, place d’Youville, Conservatoire d’art dramatique, MNBAQ, Poudrière de l’Esplanade, cathédrale Holy Trinity
  • Billets: Séance prestige (24,99 $ + taxes), Séance régulière (12,99 $ + taxes) CinéPasse 5 privilèges (64,99 $ + taxes), Cinépasse 7 privilèges (89,99 $ + taxes)
  • Info: fcvq.ca