Dominic Lacroix et Sabrina Paradis-Royer devront retourner 4,56 millions $ US obtenus illégalement auprès d'investisseurs dans la foulée de l'émission du Plexcoin en promettant des rendements faramineux.

Plexcoin: Lacroix et sa conjointe devront payer 7 M$ US

Deux Québécois dans la mire des autorités boursières aux États-Unis par rapport au lancement d'une cryptomonnaie devront payer 7 millions $ US à la suite d'un jugement rendu par un tribunal new-yorkais.

Dominic Lacroix et Sabrina Paradis-Royer de Québec devront retourner 4,56 millions $US obtenus illégalement auprès d’investisseurs dans la foulée de l’émission du Plexcoin en promettant des rendements faramineux.

Ceux-ci devront également verser 348 145 $US en intérêts en plus de payer chacun 1 million $US en pénalité civile. De plus, M. Lacroix ne pourra occuper de façon permanente les fonctions de dirigeant ou d’administrateur d’une entité cotée en Bourse.

La Securities and Exchange Commission (SEC) avait obtenu en décembre une ordonnance de blocage à l’endroit des deux Québécois, qui auraient réussi à amasser jusqu’à 15 millions $.

Sur un site Web qu’il a mis en ligne afin d’offrir sa version des faits sur toute l’affaire, M. Lacroix a confirmé que son entente avec les autorités boursières américaines avait été entérinée, ajoutant que cela avait été un «combat très long et difficile, mais qui est maintenant terminé».

Sous enquête depuis 2017

Au Québec, l’Autorité des marchés financiers (AMF) avait débuté son enquête en juillet 2017 avant de solliciter l’aide du gendarme boursier américain. L’enquête a mené à l’obtention d’ordonnances de blocage, interdictions d’opérations sur valeurs et de procédures d’outrage au tribunal.

Jeudi, l’Autorité a dit qu’elle collaborera avec la SEC et la firme Raymond Chabot, qui administre provisoirement Plexcoin, afin de retourner les sommes obtenues aux investisseurs.

Par courriel, un porte-parole de l’AMF, Jean-Maurice Bouchard, a indiqué que l’administrateur provisoire s’affairait toujours à compiler les actifs «récupérés et voués à la redistribution». Il ne pouvait fournir une estimation de la somme qui devrait être retournée.

+

PROJET PLEXCOIN: REDISTRIBUTION EN VUE POUR LES INVESTISSEURS MALHEUREUX 

Les 16 000 personnes qui avaient acheté la nouvelle cryptomonnaie Plexcoin de Dominic Lacroix, un homme d’affaires de Québec, sauront bientôt si et quand ils pourront revoir la couleur de leur argent.

Les parties se retrouveront devant la Cour supérieure à Québec le 22 novembre pour discuter d’un plan de redistribution et du processus de réclamation pour les investisseurs malheureux du projet de Lacroix.

Cette avancée survient après que Dominic Lacroix ait indiqué devant le Tribunal des marchés financiers en juillet dernier qu’il renonçait finalement à tout doit sur la presque totalité des sommes bloquées depuis 2017.

L’Autorité des marchés financiers évalue que Dominic Lacroix a vendu pour environ 15 millions $ de Plexcoin, cette cryptomonnaie nouveau genre, supposément plus sécuritaire que le bitcoin.

Le Tribunal des marchés financiers avait ordonné à Lacroix, qui n’a aucun titre de courtier en valeurs mobilières, de cesser la vente du Plexcoin. Une enquête ayant été ouverte à l’AMF, tous les avoirs de Lacroix, de sa conjointe et de ses compagnies ont été bloqués pour protéger les investisseurs. 

S’inquiétant du train de vie princier de Lacroix, l’AMF et l’administrateur provisoire Raymond Chabot, qui gère les sommes, sont revenus périodiquement devant les tribunaux pour maintenir les blocages et réclamer le transfert d’autres cryptomonnaies.

Du monde à la messe 

L’avocat de l’administrateur provisoire, Me Hugo Babos-Marchand, a recommandé à la greffière du juge Daniel Dumais, gestionnaire du dossier, de réserver une grande salle d’audience pour le 22 novembre. «Il risque d’y avoir du monde à la messe! a lancé l’avocat. On veut protéger les droits de tout le monde et faire ça correctement.»

Le comptable Emmanuel Phaneuf dit recevoir de nombreux courriels d’investisseurs d’Inde, d’Australie, qui craignent d’être oubliés. «Et il y a des gens qui sont en faillite aujourd’hui, qui disent qu’ils ont été bernés par Lacroix», souligne M. Phaneuf.

L’administrateur provisoire ne sait pas encore l’ampleur de la somme qui pourra être redistribuée. L’issue du dossier avec la SEC américaine (voir autre texte) déterminera la grosseur de la «tarte» à partager, a-t-il illustré.

Vente des ordinateurs de minage

Les investisseurs et autres créanciers pourront aussi être remboursés avec la vente des équipements de minage de cryptomonnaie de Lacroix.

Selon l’enquête de l’administrateur provisoire, Dominic Lacroix a utilisé l’équivalent de 600 000 $ de l’argent de ses investisseurs dans le projet Plexcoin pour acheter des nouveaux équipements, surtout des ordinateurs, pour «produire» un autre type de monnaie virtuelle, le z-cash.

Devant la cour, Lacroix a témoigné que ses activités de minage étaient sa seule façon de gagner sa vie puisque tous ses comptes étaient désormais bloqués par ordonnance judiciaire.

Les équipements de minage étaient installés dans trois adresses différentes que l’administrateur a trouvées en suivant la piste des factures d’électricité.

Après un appel d’offres public, les équipements seront mis en vente à un prix minimal de 65 % de leur valeur. Isabelle Mathieu