Pierre Cholette
Pierre Cholette

Pierre Cholette revient à la LHJMQ

Ian Bussières
Ian Bussières
Le Soleil
Après deux années passées à la centrale de recrutement de la LNH, l’ancien recruteur des Remparts de Québec et dépisteur en chef des Tigres de Victoriaville Pierre Cholette rentre au bercail pour devenir directeur de la Centrale de soutien au recrutement de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

«Au hockey junior, je retrouverai une certaine confrérie, un milieu tissé serré où je me sens plus impliqué. J’aime mieux cela qu’être un parmi les autres dans une grosse structure», explique Cholette, qui a tout de même apprécié ses deux années comme recruteur à temps partiel pour l’Est du Canada dans le circuit Bettman.

Il remplacera Patrick Desrosiers, qui est devenu en juillet le nouveau recruteur en chef des Olympiques de Gatineau après une saison à la tête de la centrale de soutien au recrutement. «Dans la vie, il faut faire des choix avec la tête et le coeur et c’est ce que j’ai fait. J’ai toujours été proche du hockey junior», explique celui qui occupe aussi un emploi d’expert en sinistre depuis 34 ans et sera bientôt admissible à la retraite.

«Après 13 ans avec les Tigres de Victoriaville, j’avais décidé de quitter mon poste de dépisteur en chef parce que c’était devenu un emploi à temps plein. J’ai passé un mois comme recruteur dans la région de Québec avant de recevoir un appel de la LNH», raconte celui qui se targue de n’avoir jamais postulé pour aucun emploi dans le monde du hockey et de n’avoir non plus jamais été congédié.

Grâce à Bolduc

«C’est Raymond Bolduc (ex-directeur général des Remparts) qui m’a amené dans le monde du hockey. C’est lui qui m’a tout montré. Il me croisait toujours dans les arénas et me demandait pour quelle équipe je travaillais alors que je n’étais qu’un partisan», se souvient-il.


« Au hockey junior, je retrouverai une certaine confrérie, un milieu tissé serré où je me sens plus impliqué »
Pierre Cholette

De fil en aiguille, l’homme de hockey a proposé à Cholette de l’accompagner dans un voyage à Sherbrooke. «C’est moi qui conduisais pendant que lui faisait ses téléphones. Il me disait de ne pas raconter ce que j’entendais à personne!», se souvient-il en riant. C’est grâce à cette relation qui s’est développée avec Bolduc qu’il devenu recruteur pour les Remparts de 1997 à 2002 pour ensuite accepter le poste de gérant des Commandeurs de Lévis dans la Ligue de hockey Midget AAA durant deux saisons.

Avant de devenir recruteur-chef des Tigres, un poste qu’il a occupé pendant 12 ans, Cholette était revenu à la LHJMQ comme recruteur à la centrale de soutien au recrutement pendant une saison. Il y avait d’ailleurs retrouvé Bolduc, qui était alors préfet de discipline du circuit Courteau.

Beau défi

«C’est un beau défi pour moi de diriger maintenant la centrale de soutien au recrutement. Je dois reprendre contact avec les gens en place, car ça fait deux ans que je ne vais plus au Midget AAA. C’est drôle, car tous mes «chums» qui sont dépisteurs en chef des équipes me textent depuis l’annonce de ma nomination», expliquait-il vendredi.

Il assurera la coordination des neuf recruteurs du circuit, cinq au Québec et quatre dans les Maritimes, afin de rassembler le plus d’information possible pour les 18 équipes dans leur processus de recrutement en vue du repêchage. «J’irai toujours voir des matches et évaluer des joueurs, mais la différence, c’est que je ne serai pas rattaché à une équipe. Et il y a la liste des meilleurs espoirs en vue du repêchage que je dois préparer, cette liste que personne ne suit, mais que tout le monde regarde quand même en fin de compte», conclut-il avec sa sagesse de vieux routier du hockey junior.