Les fonctionnaires fédéraux sont aux prises avec le système de paie Phénix depuis des années.

Phénix: des syndicats approuvent l’entente d’indemnisation

Plus d’une dizaine de syndicats fédéraux ont signé une entente d’indemnisation pour les dommages causés par le système de paie Phénix.

Au total, 13 syndicats ont jugé bon de signer cette entente de principe, qui a nécessité deux ans de négociations entre l’employeur et des représentants des syndicats de la fonction publique fédérale.

« Cette entente constitue une importante reconnaissance concrète de la frustration et de l’angoisse subies par chaque fonctionnaire », affirme l’Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFFC).

L’entente offrira notamment une compensation immédiate à chaque fonctionnaire représenté par les syndicats concernés, en plus de créer un processus dans le cadre duquel les coûts additionnels pourront être remboursés. Des indemnités supplémentaires pourront également être accordées aux personnes touchées par des erreurs de paie.

« Cette entente ne libère aucunement l’employeur de ses obligations de payer les sommes dues aux centaines de milliers de fonctionnaires qui continuent d’avoir des problèmes de rémunération, souligne l’IPFFC. Elle n’élimine pas non plus l’obligation de l’employeur de stabiliser le système de paie actuel et de continuer à travailler pour trouver un système de remplacement le plus rapidement possible. »

Les personnes employées dans la fonction publique depuis la mise en place de Phénix auront droit à cinq jours de congé supplémentaires, et ce, « peu importe si ou comment ils ont été touchés par Phénix ». Les employés qui ne travaillent plus dans la fonction publique, mais qui ont été employés pendant cette période pourront demander un remboursement égal aux journées de congé auxquelles ils auraient droit.

L’entente prévoit aussi le versement d’intérêts sur les paiements retardés d’indemnités de départ et de prestations de retraite ou sur les paies manquantes.

Des réclamations liées aux conséquences de la perte de la capacité professionnelle, de la faillite ou de répercussions importantes sur les cotes de crédit seront permises.

L’IPFFC précise également que « si un agent négociateur obtient une indemnisation supplémentaire en dehors de la présente entente, tous les syndicats signataires recevront la même indemnisation ».

La semaine dernière, l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), qui représente la majorité des employés fédéraux, avait rejeté l’offre de compensation. L’AFPC ne fait d’ailleurs toujours pas partie des signataires de l’entente.

D’autres syndicats devraient signer l’entente au cours des jours et des semaines à venir.