La députée de Taschereau Catherine Dorion a suscité la controverse avec son «déguisement» d’Halloween.

Pas d’enquête sur la photo d’Halloween de Catherine Dorion

La commissaire à l’éthique et à la déontologie de l’Assemblée nationale ne mènera pas d’enquête sur la photo d’Halloween de Catherine Dorion. Dossier clos.

«En vertu de l’article 91 du Code d’éthique et de déontologie des membres de l’Assemblée nationale, un député ne peut faire une demande d’enquête sur un possible manquement aux valeurs de l’Assemblée nationale. Les valeurs de l’Assemblée nationale sont des concepts évolutifs et ce sont les députés qui les définissent», explique Ariane Mignolet, dans un court communiqué.

En début de semaine dernière, la whip du Parti libéral du Québec, Nicole Ménard, a déposé une plainte auprès de la commissaire pour faire la lumière sur la photo prise le jour de l’Halloween par Mme Dorion, «déguisée en députée» à la jupe courte et assise sur un bureau de la salle du Conseil législatif, le Salon rouge.

La représentante du PLQ évoquait aussi dans sa lettre une invitation Facebook à l’événement «F ck la norme» organisé par la députée de Taschereau et où le logo de l’Assemblée nationale apparaissait. Mme Ménard l’accusait entre autres de «non-respect de l’institution» du parlement et de porter «atteinte à la dignité de la fonction de député».

Tout cela, l’invitation, la photo et la plainte, survenant avant l’incident du coton ouaté de jeudi dernier, alors que Mme Dorion n’a pas siégé au parlement à cause de son habillement.


« Les valeurs de l’Assemblée nationale sont des concepts évolutifs et ce sont les députés qui les définissent »
Ariane Mignolet

Mais revenons à la photo d’Halloween et la plainte.

La commissaire argue qu’un tel litige ne devrait pas atterrir dans sa cour. Ou pas que. «La commissaire ne peut déterminer unilatéralement les critères d’application qui représentent le respect de l’institution. Il s’agit d’une responsabilité partagée entre le Commissaire à l’éthique et à la déontologie et l’Assemblée nationale. La commissaire demeure disponible pour collaborer à cette réflexion», peut-on lire dans la communication diffusée par le bureau de Mme Mignolet.

Pendant que les libéraux se refusaient à tout commentaire et considèrent aussi le dossier clos, Québec solidaire y voit «la seule décision possible et raisonnable» dans les circonstances, selon le porte-parole du parti, Gabriel Nadeau-Dubois.

M. Nadeau-Dubois et Mme Dorion ont rencontré la commissaire mardi soir pour qu’elle leur fasse part de sa décision.

«C’est une démonstration que c’était une démarche futile du Parti libéral du Québec. C’est dommage que ce parti ait instrumentalisé l’institution du commissaire à l’éthique à des fins politiques», tranche M. Nadeau-Dubois.