Noémie Morin de Bécancour et Mauricio Peralta Severino de Laval ont tous les deux comparu au palais de justice de Trois-Rivières, jeudi.

Meurtres de Steve Lamy et de Jean-Christophe Gilbert: deux présumés complices accusés

Trois-Rivières — Deux personnes ont comparu, jeudi matin, au palais de justice de Trois-Rivières dans le dossier des meurtres de Steve Lamy et de Jean-Christophe Gilbert.

L’une d’elles, Noémie Morin, une jeune femme de 24 ans de Bécancour, a été formellement accusée du meurtre au premier degré par le biais de la complicité de Steve Lamy, cet entrepreneur de 50 ans retrouvé dans une voiture calcinée sur le chemin Bradley.

On lui reproche également d’avoir séquestré et extorqué la victime, toujours par le biais de la complicité. Elle doit aussi répondre à des accusations de vol qualifié en utilisant une arme à autorisation restreinte et de complicité après le fait dans le meurtre de Lamy.

Lorsqu’elle est apparue dans le box des accusés, la jeune femme, qui n’a aucun antécédent judiciaire, avait les larmes aux yeux. Elle semblait ébranlée, mais pas autant que les membres de sa famille et ses proches qui s’étaient déplacés pour sa comparution.

Noémie Morin aurait aidé une personne à tuer Steve Lamy, d’où l’accusation de meurtre au premier degré par le biais de la complicité.

Tel que l’a plus tard expliqué Me Benoît Larouche, procureur aux poursuites criminelles et pénales, la jeune femme n’est pas celle qui aurait tué directement Steve Lamy mais elle est soupçonnée d’avoir aidé une autre personne à commettre ce meurtre au premier degré de Steve Lamy, d’où l’accusation de complicité. Quant à l’identité de l’auteur de ce meurtre, elle demeure inconnue pour l’instant malgré des soupçons sur René Kègle.

Compte tenu de la gravité des accusations portées contre elle, principalement pour le meurtre au premier degré et la complicité après le fait, sa détention pour la durée des procédures est automatique. Si elle veut pouvoir recouvrer sa liberté, elle devra en faire la demande devant la Cour supérieure. Elle sera ramenée devant le tribunal le 6 mars. D’ici là, la Couronne va continuer à transmettre la preuve dont elle dispose à l’avocat de la défense, Me Alexandre Biron. Quant à savoir si une demande sera faite pour obtenir sa remise en liberté, Me Biron a précisé qu’il était toujours à l’étape d’étudier le dossier, d’autant plus qu’il dispose présentement d’une preuve fragmentaire.

Le père de Steve Lamy, Michel Lamy, s’est réjoui de l’arrestation d’une nouvelle suspecte en lien avec le meurtre de son fils. «C’est une bonne nouvelle. Plus ils sont, plus il y a de chances qu’un parle», estime Michel Lamy. «Ils sont quatre là d’arrêtés. Il y a quelqu’un qui va parler quelque part. C’est un pas de plus vers un dénouement.»

Michel Lamy espère que Noémie Morin, ou un des autres suspects dans cette affaire, souhaite négocier une peine moins lourde en échange d’informations. «On va voir. Car les policiers peuvent faire de nouvelles arrestations et d’autres accusations pourraient être portées», mentionne M. Lamy. «Ils vont tenter d’avoir des réductions de peine s’ils parlent. Ils ne vont pas prendre tout le blâme pour eux.»

Mauricio Peralta Severino de Laval est accusé de complicité après le fait du meurtre de Jean-Christophe Gilbert (sur la photo) et d’outrage à son cadavre.

Joint au téléphone jeudi, un ancien employeur de Noémie Morin avait du mal à croire que son ancienne employée avait été accusée de complicité pour meurtre. Le propriétaire du Port-Royal Lounge à Bécancour, où Noémie Morin a travaillé jusqu’à l’an dernier, affirmait que lorsqu’il côtoyait la jeune femme, celle-ci ne semblait pas avoir de mauvaises fréquentations.

«J’ai de la misère à croire tout ça», a confié Michael Guay. «Il y a anguille sous roche. Elle se tenait avec du bon monde.»

À la suite de l’annonce de l’arrestation de Noémie Morin, plusieurs commentaires, dont la majorité étaient plutôt négatifs, ont été publiés sur la page Facebook de la jeune femme. Accessible en matinée, cette page a été désactivée au courant de la journée.

Un homme de 29 ans aussi arrêté

Outre Noémie Morin, un homme de 29 ans, Mauricio Peralta Severino de Laval, a également comparu, jeudi, devant le juge David Bouchard. Il a été accusé de complicité après le fait dans le meurtre de Jean-Christophe Gilbert, l’autre homme de 24 ans retrouvé dans cette même voiture, et d’outrage à son cadavre. Les crimes qui lui sont reprochés ont eu lieu le 8 octobre. Il demeurera lui aussi détenu. Sa cause a été reportée au 7 mars. Il est représenté par Me Emmanuel Ayotte de l’aide juridique.

Ophélie Martin-Cyr a été tuée le 10 octobre dans un champ de Yamachiche.

Selon son profil Facebook, il travaillerait pour une entreprise qui offre notamment des services de peinture.

Force est de constater que l’enquête menée dans ce dossier aura donc donné lieu à un dénouement majeur, avec l’arrestation de ces deux personnes mercredi. Elle nous aura aussi permis d’apprendre que le meurtre de Steve Lamy a eu lieu le 8 octobre, soit deux jours avant le meurtre d’Ophélie Martin-Cyr. Il a été tué par balle. Même chose en ce qui concerne M. Gilbert. Ce dernier aurait en plus été démembré. Le ou les responsables s’étaient ensuite débarrassés des deux corps en les déposant dans le véhicule de Steve Lamy avant d’y mettre le feu. Deux jours plus tard, soit le 10 octobre, le véhicule calciné avait été retrouvé dans le secteur Saint-Marthe-du-Cap.

Pour l’instant, aucune nouvelle accusation n’a été portée contre René Kègle et Francis Martel, en lien avec les meurtres de Lamy et Gilbert. À ce sujet, Me Larouche ne ferme aucune porte. «Les dossiers de Kègle et Martel ne sont pas fermés. On a deux arrestations ici. L’enquête n’est pas terminée pour rechercher l’auteur principal des meurtres de MM. Gilbert et Lamy. Je ne peux pas dire si d’autres arrestations auront lieu mais chose certaine, la Sûreté du Québec, section des crimes contre la personne, est à pied d’œuvre pour bonifier la preuve au dossier», a-t-il déclaré.

Kègle et Martel sont par contre accusés du meurtre prémédité d’Ophélie Martin-Cyr. Le crime avait été commis dans un champ à Yamachiche aux petites heures du matin le 10 octobre. Kègle est aussi soupçonné d’avoir tenté de tuer une autre jeune fille par la même occasion mais cette dernière avait réussi à échapper aux deux suspects en sautant d’un véhicule en marche. Leur dossier revient en cour le 12 avril.

Pour l’instant, des accusations ont été portées contre René Kègle et Francis Martel uniquement pour la mort d’Ophélie Martin-Cyr.

Avec la collaboration de Gabriel Delisle

Fil des événements

8 octobre 2018

Steve Lamy et Jean-Christophe Gilbert sont froidement assassinés. 

10 octobre

La jeune Ophélie Martin-Cyr, 19 ans, est abattue dans un champ de Yamachiche aux petites heures du matin.

Un véhicule incendié contenant deux corps est retrouvé sur le chemin Bradley dans le secteur Sainte-Marthe-du-Cap. Rapidement, un lien est établi entre les deux événements.

12 octobre

Comparution sous haute tension de René Kègle et Francis Martel pour le meurtre d’Ophélie Martin-Cyr et pour la tentative de meurtre d’une autre jeune fille.

22 octobre

La police confirme que l’un des corps retrouvés dans la voiture est celui de l’entrepreneur Steve Lamy

2-3 novembre

La résidence de René Kègle à Saint-Maurice est la cible de graffitis. 

7 novembre

La police confirme que l’autre corps dans la voiture calcinée est celui de Jean-Christophe Gilbert.

28 février 2019

Comparution de Noémie Morin et Mauricio Peralta Severino en lien avec les meurtres de Steve Lamy et Jean-Christophe Gilbert.