La colline du parlement accueillera une fois de plus une foule imposante, le 1er juillet prochain.

Marie-Mai, Coeur de pirate et Karim Ouellet à la fête du Canada

Marie-Mai, Cœur de pirate et Karim Ouellet feront vibrer la colline du parlement à la prochaine fête du Canada.

Patrimoine canadien a dévoilé mercredi la programmation des célébrations du 152e anniversaire de la Confédération, qui animeront la capitale les 30 juin et 1er juillet. Le deuxième soir, lors du spectacle central des festivités, les trois têtes d’affiche francophones monteront sur les planches devant une foule qu’on anticipe d’environ 35 000 personnes — et devant près d’un million de téléspectateurs.

Du côté des musiciens anglophones, le même spectacle mettra en vedette le chanteur country Brett Kissel, l’artiste hip-hop K’Naan et le groupe torontois The Strumbellas. 

Le DJ montréalais Kaytranada, récipiendaire d’un prix Polaris en 2016, fera danser les mélomanes au rythme de son électro. Deux artistes autochtones seront aussi de la fête, soit Crystal Shawanda, soulwoman d’influence country et blues, ainsi que William Prince, auteur-compositeur-interprète folk deux fois primé aux Juno.

Marie-Mai

Sur la même scène, le midi, T. Thomason, les Ballets Jazz de Montréal, Shawnee ainsi que K’Naan et Karim Ouellet — deux fois plutôt qu’une — ébourifferont les festivaliers. L’Orchestre du Centre national des Arts partagera la scène avec eux pour des collaborations symphoniques.

Les 30 juin et 1er juillet, en plus des activités familiales, Tyler Shaw, Corneille, Élage Diouf, Domeno, Mehdi Cayenne et plusieurs autres feront escale au parc Major. À Gatineau, le 1er juillet, Bleu Jeans Bleu, Ben Caplan ainsi qu’un éventail d’interprètes autochtones se relaieront au Musée canadien de l’histoire. Par ailleurs, l’accès aux expositions sera gratuit pour la journée.

« C’est vraiment de la bonne musique », a résumé le ministre du Patrimoine canadien et du Multiculturalisme, Pablo Rodriguez, après avoir présenté la programmation avec enthousiasme. Le principal défi dans la préparation d’une telle fête est toujours « de choisir les gens. Les artistes sont très heureux de venir ici, car c’est une tribune prestigieuse, a-t-il souligné. L’important, c’est de bien les choisir pour avoir une belle représentation » des communautés francophones, anglophones, autochtones et issues de l’immigration, mais aussi des genres musicaux et des régions du Canada, « et pour que les gens aient du fun. Et les gens vont avoir du fun. »

Une seule entrée sur la colline

Cette année encore, le site du parlement ne sera accessible que par une entrée, du côté de l’édifice de la Cour suprême. Des contrôles de sécurité seront toujours en vigueur.

Après avoir vu des files d’attente monstrueuses en 2017, au 150e anniversaire du Canada, le ministère a consulté l’expert en gestion des foules Keith Still pour établir un nouveau plan. Ce modèle — une file unique qui se divise — restera sensiblement le même en 2019.

« On l’a encore amélioré cette année, ajoute M. Rodriguez. On va avoir plus de bénévoles que jamais et une signalisation qui sera plus efficace. On veut s’assurer d’avoir un site totalement sécurisé, mais en même temps, dont les gens pourront profiter et où ils auront du plaisir. »