Il n’y a pas que Cowansville qui reçoit la visite de l’équipe de tournage de L’Heure bleue. Un petit paradis situé près de la rivière Missisquoi, à Glen Sutton, sert aussi de décors aux scènes tournées au chalet d’Hubert (Jean-François Pichette), comme ce fut le cas mercredi matin.

L’Heure bleue tourne à Sutton et Cowansville

L’équipe de L’Heure bleue boucle cette semaine le tournage des dernières scènes des épisodes qui seront présentés cet automne, et c’est dans la région qu’elle conclut ça.

Comme nous a habitués le tandem d’auteurs et producteurs formé d’Anne Boyer et Michel D’Astous, divers lieux de Cowansville ont servi mercredi et serviront encore ce jeudi de décors pour les scènes extérieures du téléroman, dont l’action, rappelons-le, se déroule en partie dans cette petite municipalité des Cantons-de-l’Est. On pense notamment à la plage municipale, l’hôpital, quelques commerces et des artères bien connues.

Mais l’équipe a également profité de son passage dans la région pour filmer, mercredi matin, quelques scènes dans un coin reculé, à Glen Sutton : celles se déroulant au chalet d’Hubert (Jean-François Pichette).

Sous ses apparences rustiques, la demeure, située sur un vaste terrain près de la rivière Missisquoi, cache un intérieur luxueux qui nous sera bientôt dévoilé au petit écran, laisse entendre Michel D’Astous en entrevue avec La Voix de l’Est.

Pour l’heure, les téléspectateurs n’ont pu apercevoir la maison de campagne que de l’extérieur, précise-t-il.

Une louve dans la bergerie

La quatrième saison de L’Heure bleue promet par ailleurs d’être forte en rebondissements avec l’arrivée impromptue, à la fin de la précédente saison, de Véronique (Pascale Bussières), l’ex flamboyante de Bernard (Benoît Gouin) et mère de Raphaël (Jean-Philippe Perras). Disparue de leur vie depuis une bonne vingtaine d’années, elle refait soudainement surface, et une grosse partie de l’intrigue — la moitié, estime M. D’Astous — se passera à Cowansville à cause d’elle.

« Elle affirme être revenue pour vendre la maison de sa mère, décédée de l’Alzheimer, mais au fil des épisodes, on découvrira quelles sont ses vraies raisons », indique l’auteur et producteur.

« Par le biais de Véronique, on en apprendra également beaucoup sur le passé de Bernard, quel genre d’homme il était à l’époque, des choses qu’il n’a même jamais dites à son fils, et on comprendra beaucoup la génétique trouble de Raphaël », poursuit-il.

« Autant Raphaël ne voudra rien savoir d’elle au début, autant il deviendra super intéressé à la connaître, séduit par son côté fêtard et exubérant, ce qui fait que Bernard se fera en quelque sorte déposséder de son fils », ajoute-t-il encore.

« Bernard lui-même en viendra même à ressentir une affection, une attirance pour son ex, qui viendra souligner que quelque chose entre eux n’a peut-être pas été réglé... »

« Véronique agira telle une louve dans la bergerie, et changera complètement la dynamique de la famille Boudrias », résume-t-il.

Paternité et pédophilie

On apprendra en outre dès le premier épisode que Clara (Alice Morel-Michaud) acceptera de reconnaître la paternité de Thomas (Alex Godbout) sans exiger de tests (pour lesquels elle avait reçu une mise en demeure à la fin de la troisième saison, NDLR), et se montrera dès lors plus accueillante envers lui, au grand dam de ses parents. « Thomas se montrera très repentant, on va sentir qu’il regrette ce qu’il a fait vivre à Clara », précise Michel D’Astous.

Quant à Anne-Sophie (Céline Bonnier), on pourra croire que son histoire d’amour avec Hubert n’est pas tout à fait terminée, laisse entendre Jean-François Pichette. « On sentira que quelque chose a été mis sur la glace, mais que la glace commence à fondre », illustre-t-il de façon poétique.

En prison, son fils Xavier (Rémi Goulet) trouvera le temps long, mais il se reprendra en main en suivant un cours. « Gaétan Morneau (Fabien Dupuis) viendra toutefois compromettre sa réhabilitation émotive en lui faisant parvenir une lettre dans laquelle il lui réaffirme son amour, malgré qu’il ait fréquenté d’autres jeunes », fait savoir M. D’Astous.

Le tournage des épisodes de L’Heure bleue qui seront présentés cet automne se termine ce jeudi. En août, la deuxième moitié de saison, présentée après les Fêtes, sera enregistrée. « Et il y aura beaucoup plus de scènes au chalet... », laisse entendre la moitié masculine de Duo Productions.