Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La région administrative de l’Estrie pourrait changer de nom pour porter celui des Cantons-de-l’Est.
La région administrative de l’Estrie pourrait changer de nom pour porter celui des Cantons-de-l’Est.

L’Estrie passera de sept à neuf MRC

Cynthia Laflamme
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
La région administrative de l’Estrie pourrait changer de nom pour celui des Cantons-de-l’Est, comme la région touristique, lorsque les MRC Brome-Missisquoi et Haute-Yamaska y seront intégrées. C’est ce qu’a laissé entendre le directeur général de Brome-Missisquoi Robert Desmarais à la séance du conseil des maires, mardi soir, alors que les élus ont de nouveau voté sur le transfert de région administrative.

Cette information est parvenue aux membres du comité administratif de Brome-Missisquoi, formé de quelques maires, lorsqu’ils ont rencontré les préfets de l’Estrie.

« Les gens de l’Estrie nous ont dit que, si Brome-Missisquoi et Haute-Yamaska les rejoignent, tout le monde est d’accord pour demander à la ministre de renommer la région administrative », rapporte M. Desmarais, qui était aussi présent.

C’est tout de même la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation qui aura le dernier mot. C’est aussi la ministre André Laforest qui décrétera au final le changement de région pour les affaires de son ministère.

Le transfert de la MRC Brome-Missisquoi est de plus en plus tangible. Mardi soir, les élus ont approuvé à majorité une nouvelle résolution dans laquelle les conditions ont été levées. Ils ont eu l’assurance du ministre responsable de l’Estrie, François Bonnardel, que le territoire restera en Montérégie en ce qui a trait à l’agriculture et à la foresterie, la principale préoccupation de certains élus, mais certaines conditions n’ont pas pu être remplies.

Le vote a été demandé par la mairesse de East-Farnham Sylvie Dionne-Raymond. Seuls les maires d’Abercorn, du Canton de Bedford, de Dunham et de East-Farnham se sont opposés à la nouvelle résolution sans condition relative au Fond régions ruralité. Le vote en faveur de 16 maires sur 21 représente 90,9 % de la population.

Des maires auparavant opposés se sont ralliés au vote favorable au transfert, satisfaits des assurances données par M. Bonnardel concernant l’agriculture et la foresterie.

Pas de compensation

Le 7 avril, le comité administratif de la MRC a rencontré M. Bonnardel pour effectuer un suivi sur le dossier.

L’Estrie passera éventuellement de sept à neuf MRC lorsqu’elle accueillera celles de Brome-Missisquoi et de la Haute-Yamaska.

En plus de vouloir rester en Montérégie pour l’agriculture et la foresterie, les maires demandaient que le Fonds régions et ruralité, l’ancien Fonds d’aide et de relance régionale (FARR), soit bonifié pour compenser l’arrivée des deux nouvelles MRC dans la région estrienne.

La ministre Andrée Laforest n’aurait pas voulu aller de l’avant pour le transfert avec cette condition. Il n’y aura pas de compensation après le transfert, ont-ils appris, mais le montant par habitant restera le même pour eux.

« Il y aurait 750 000 $ qui sera ajouté au fonds de l’Estrie, pour Brome-Missisquoi et la Haute-Yamaska, mentionne M. Desmarais. En Estrie, ils ont à peu près 10 $ par habitant et en Montérégie c’est environ 4,50 $ par habitant. Alors il n’y a pas de perte sur cette base-là. »

Les préfets de l’Estrie ont accepté que ces deux MRC gèrent ces fonds comme ils le font déjà, en toute indépendance, jusqu’à la fin du pacte fiscal Québec-Municipalités, en 2024.

Avant les élections municipales

Quant à savoir le moment où la ministre Laforest déposera un décret ministériel pour le changement de territoire administratif, il est inconnu.

« La réponse qu’on a eue du cabinet de François Bonnardel, c’est que ça va être plus tôt que tard, confie le préfet Patrick Melchior. Selon ce qu’ils me disent, c’est que ça va être avant les élections municipales. »

Le travail n’est pas terminé, alors les deux MRC devront préparer la mécanique de transfert pour que le tout se fasse le plus harmonieusement possible.

« On va travailler fort avec les maires qui n’étaient pas d’accord pour que tout le monde se rallie et continue de travailler en bonne collaboration et de façon solidaire, ajoute Robert Desmarais. Il ne faudrait pas que ça divise le conseil. »

La MRC Brome-Missisquoi passera en Estrie pour les affaires municipales et l’habitation.

Contrairement au vote sur la première résolution, tenu l’automne dernier, il n’y a pas eu de débat et tout le monde est resté respectueux.