«On a plein de téléphones ces temps-ci. Les maires ne savent pas à quoi s’en tenir et ont peur d’avoir des mauvaises surprises», soupire Richard Lehoux, président de la Fédération québécoise des municipalités (FQM), en entrevue téléphonique mardi.

Les villes craignent une hausse drastique des factures de la SQ

Les municipalités sont dans l’incertitude et craignent de devoir payer une note salée en 2018 pour profiter des services de la Sûreté du Québec (SQ) sur leur territoire. Les salaires des policiers en hausse et une entente toujours non ficelée avec le gouvernement sèment l’inquiétude chez les maires des régions.

«On a plein de téléphones ces temps-ci. Les maires ne savent pas à quoi s’en tenir et ont peur d’avoir des mauvaises surprises», soupire Richard Lehoux, président de la Fédération québécoise des municipalités (FQM), en entrevue téléphonique mardi.

Au début décembre, M. Lehoux avait entendu dire que la hausse pourrait atteindre 25% pour 2018. Il l’avait évoqué lors de son passage en commission parlementaire sur l’encadrement du cannabis, craignant que les coûts entourant la légalisation de la substance ne viennent alourdir la facture encore davantage. Il se fait aujourd’hui plus prudent. «Les gens spéculent sur les chiffres, mais on a aucun détail qui est rentré.»

La plupart des municipalités adoptent leur budget pour l’an prochain ces jours-ci, en ayant encore un gros point d’interrogation dans la colonne des dépenses. Les factures pour les services de la SQ qui sont habituellement envoyées à la fin novembre par le ministère de la Sécurité publique sont en retard. 

«Nous ne sommes pas en mesure de préciser l’ampleur de l’augmentation pour le moment puisque les travaux d’analyse sont toujours en cours», explique Olivier Cantin, porte-parole du ministère de la Sécurité publique. M. Cantin ajoute que l’ensemble des municipalités desservies par la SQ recevront «sous peu» un document explicatif de la facture pour 2018. 

Certaines villes membres de la FQM ont décidé de retarder au mois de janvier l’adoption de leur budget, parce que cette facture pourrait avoir un impact significatif sur leurs dépenses ou leur taux de taxes. D’autres sont quand même allées de l’avant, en prévoyant une hausse de la facture qui équivaut à l’inflation, soit environ 3%. Ces municipalités pourraient se retrouver face à des déficits, croit M. Lehoux. 

Dans une lettre envoyée le 8 décembre dernier à ses 1000 membres, la FQM les prévient d’être prudents et de prévoir «une réserve» financière. Elle soutient toutefois qu’il faut maintenir «la pression» sur le gouvernement. 

Demande d'un partage égalitaire

La FMQ demande depuis près de deux ans au ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux, qui porte aussi le chapeau de ministre des Affaires municipales, de réviser le Règlement sur la somme payable pour la SQ. Elle demande un partage égalitaire des coûts à 50% entre les municipalités et le gouvernement. À l’heure actuelle, la SQ est payée à 53% par les villes et à 47% par le gouvernement. 

La FQM réclame également des factures prévisibles et un mécanisme de «cran d’arrêt», pour que celles-ci ne puissent augmenter davantage que l’inflation. «Le gouvernement nous promet depuis le début des années 2000 qu’on va avoir le 50-50. Il est temps de passer à l’action», affirme M. Lehoux. 

Le hic, c’est que le gouvernement a signé une entente en mai dernier avec l’Association des policières et des policiers du Québec, qui prévoit une hausse des salaires de 17,5% sur 7 ans. L’objectif était de ramener les conditions des policiers de la SQ à des niveaux comparables avec les autres provinces. «J’espère qu’il [le gouvernement] ne refilera pas tout ça aux municipalités, parce qu’on n’était pas à la table de négociations. On n’avait pas le droit de regard!» s’insurge M. Lehoux. Il demande à l’État «d’assumer» ce qu’il a décidé d’accorder aux policiers.

Pour maintenir la pression, les municipalités ont décidé de ne pas signer d’entente sur la répartition des effectifs policiers tant et aussi longtemps que la question des factures ne sera pas réglée. Selon les informations du Soleil, une annonce gouvernementale pourrait être faite à ce sujet au cours des prochains jours.