Les Red Arrows font partie de la programmation du Armchair Airshow, présenté sur Internet, le samedi 20 juin.
Les Red Arrows font partie de la programmation du Armchair Airshow, présenté sur Internet, le samedi 20 juin.

Les spectacles aériens se réinventent

Aller à un spectacle aérien rime en temps normal avec l’occasion de passer une belle journée au grand air, les yeux rivés vers le ciel à contempler les acrobaties. Cette année, avec les règles de confinement et de distanciation physique, les amateurs ont dû faire une croix — ou presque — sur la saison 2020. Il reste toutefois des initiatives qui permettent, aussi bizarrement que cela puisse paraître, de voir dans le confort de son foyer des spectacles aériens.

Alors, pourquoi ne pas présenter des vidéos de performances en ligne, avec commentaires à l’appui? L’organisme britannique Aerobility a retenu cette formule et présentera le Armchair Airshow sur YouTube, le samedi 20 juin.

Un événement similaire a eu lieu du 21 au 23 avril dernier. L’International Council of Air Shows (ICAS) avait présenté le Social Distant Airshow en ligne. D’autres initiatives similaires pour compenser l’absence de vrais spectacles aériens ont aussi eu lieu.

Dans le cas du spectacle aérien virtuel qui sera présenté samedi prochain, deux pilotes vétérans, George «Smokey» Bacon et Mike «Lingy» Ling, commenteront les prestations présentées pendant quatre heures. Le premier pilote des avions historiques et commente différents événements aériens au Royaume-Uni.

«Nous vous présenterons des images qui n’ont jamais été vues auparavant, qui proviennent de la Royal Air Force [RAF], mais aussi de la NASA et de la US Air Force», explique Mike Ling, qui a volé pendant 10 ans avec les Red Arrows, l’équipe de démonstration aérienne de la RAF. «Des caméras installées dans les cockpits offriront également un point de vue qu’il n’est pas possible de voir en temps normal dans les spectacles aériens.»

«Nous nous entretiendrons avec les pilotes qui ont piloté l’aéronef en spectacle, et ce, tout en respectant les règles de distanciation physique», ajoute celui qui avait emmené dans les airs l’auteur de ces lignes dans un Hawk des Red Arrows, il y a de ça 12 ans, lors du Spectacle aérien de Québec.

Outre les Red Arrows, le Armchair Airshow (www.aerobility.com/armchair-airshow-2020) présentera aussi l’équipe The Blades, formée d’anciens pilotes des Red Arrows et dont fait partie Mike Ling, avec ses quatre avions Extra 300. De plus, l’avion Solar Impulse fait partie de la programmation, ainsi que le F-35, le F-18 et l’hélicoptère Chinook. Des avions historiques comme le chasseur F-104 Starfighter, le bombardier Vulcan, l’avion Spitfire de la Seconde Guerre mondiale, ainsi que le non moins célèbre Concorde sont également inscrits à l’horaire.

Le Armchair Airshow sera diffusé pour la première fois le samedi 20 juin entre 14h et 18h, heure du Royaume-Uni (entre 9h et 13h, heure du Québec).

Le pdg d’Aerobility, Mike Miller-Smith

Spectacles aériens québécois en sursis

Avec l’annulation des rassemblements publics et événements jusqu’au 31 août 2020, quelques spectacles aériens québécois sont en sursis, alors que d’autres n’ont pas eu le choix d’annuler. Comme l’Aérofête de Saint-Georges de Beauce qui devait avoir lieu le 24 juin.

Au Québec, il reste au moins ceux de Gatineau et de Mirabel, prévus en septembre, ainsi que celui de Bromont en octobre, qui sont toujours dans l’attente. En ce qui concerne Aero Gatineau-Ottawa, les organisateurs ont toujours espoir de tenir leur événement du 18 au 20 septembre, mais avec une formule adaptée au contexte actuel.

«D’abord, il n’y aura aucun ­avion exposé au sol, comme on est habitués de voir dans un spectacle», assure Michel Côté, directeur de la logistique d’aéronefs et d’opérations au sol d’Aero Gatineau-Ottawa. 

«On proposera une formule un peu comme au ciné-parc où les gens se stationneront sur des terrains aux alentours de l’aéroport de Gatineau. Différents tarifs seront proposés selon la proximité par rapport au spectacle. Il y aura des zones VIP, par exemple. Les tarifs tiendront compte des ressources financières des gens, affectés par la crise de la COVID-19. Les spectateurs pourront installer leurs chaises de chaque côté de leur voiture et contempler le spectacle tout en respectant les deux mètres de distance», ajoute-t-il. M. Côté est tout de même sûr qu’un spectacle se déroulera à Gatineau. «À 80-85 %», dit-il. 

«Nous sommes en discussions avec les Forces armées canadiennes pour que les Snowbirds se produisent chez nous. Il reste tout de même trois spectacles aériens canadiens qui étaient dans leur programmation en septembre, soit London [Ontario], Mirabel et nous. Ce serait de valeur qu’il n’y ait pas de spectacle cette année.»

Rappelons que l’écrasement du 17 mai dernier en Colombie-­Britannique a cloué au sol l’équipe de démonstration de l’Aviation royale canadienne (ARC). Un rapport préliminaire d’enquête établit que la cause probable de l’accident serait attribuable à un oiseau qui s’est engouffré dans le réacteur de l’avion Tutor. La capitaine Jennifer Casey a perdu la vie et le pilote, le capitaine Richard MacDougall, a été blessé sérieusement.

Quant à Volaria, prévu du 24 au 27 septembre à l’aéroport de Mirabel, sa directrice générale, Maude Paquette, ne veut pas s’avancer présentement sur ce qui adviendra du spectacle qu’elle organise. Si le projet se concrétise, ce sera la première fois depuis 1997 qu’un spectacle aérien sera présenté à Mirabel. Selon ce qui est écrit dans son site Web, Volaria compte «sortir de la boîte traditionnelle des spectacles aériens pour plusieurs raisons, mais principalement par son positionnement futuriste et axé sur les avancées technologiques et écologiques de l’industrie aéronautique». 

Enfin, rien n’est sûr pour le Spectacle et Salon aérien des Cantons de l’Est (SSACE), qui doit être présenté la première fin de semaine d’octobre à l’aéroport Roland-Désourdy à Bromont. Celui-ci misait sur la présence du CF-18 de démonstration de l’ARC comme attraction principale. La saison du CF-18 a été annulée, il y a de ça quelques semaines. Les organisateurs attendent la prochaine assemblée générale avant de prendre une décision finale.

«Des événements comme le nôtre comptent beaucoup sur les commandites des entreprises aéronautiques et autres. C’est la première chose qui est coupée dans les contextes difficiles», explique Michel Lecompte, directeur général du SSACE. «Puis ce n’est pas près de revenir à court terme, à mon avis.»

Deux des avions d’Aerobility, le Tecnam P2002 et le Piper Warrior II

+

FAIRE VOLER CEUX QUI NE LE PEUVENT PAS NORMALEMENT

Aerobility, l’instigateur du Armchair Airshow, se donne pour but de faciliter l’accès à l’aviation à ceux qui ne peuvent pas, en temps normal.

L’organisme britannique compte sur une flotte de cinq aéronefs adaptés pouvant accueillir des gens avec un handicap sévère. Un de ceux-ci, un avion P2002 du fabricant italien Tecnam a été modifié en usine. «Vous pouvez même commander un exemplaire de cet avion avec ce kit d’adaptation», affirme Mike Miller-Smith, pdg d’Aerobility. «Nous avons une expertise aussi dans le domaine de la conversion ­d’avions existants qui dépasse nos frontières.» 

Atteint de dystrophie musculaire, M. Miller-Smith a tout de même cumulé plus de 2000 heures de vol. «Mais, je ne vole jamais en solo», précise-t-il. Il était dans la vingtaine et il songeait à une carrière de pilote commercial quand le diagnostic est tombé.

Le visionnement du Armchair Airshow est évidemment gratuit, mais Aerobility encourage les spectateurs à faire un don. Paul-Robert Raymond