Yves Servais, directeur général de l’AMDEQ, espère que le gouvernement du Québec imite son geste en soutenant une campagne d’information auprès des 25 ans et moins.

Les règles sur la vente d'alcool pourraient être assouplies

La vente d’alcool pourrait prendre une nouvelle tournure dans quelques mois. Au début décembre, l’Association des marchands dépanneurs et épiciers du Québec (AMDEQ) participera à des consultations de la Régie des alcools, des courses et des jeux pour revoir les règles en matière de vente de boissons alcooliques.

Une vingtaine d’associations, des fabricants de produits alcooliques, la Santé publique et Éduc’alcool prendront part aux discussions qui font suite à l’engagement de l’ex-ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux à la suite de l’adoption du projet de loi modernisant les règles sur les permis d’alcool et la vente de boissons alcooliques.

Le directeur général de l’AMDEQ, Yves Servais, espère que ces consultations déboucheront sur un allègement des règles, de sorte que les dépanneurs puissent vendre plus de produits alcooliques jusqu’à maintenant vendus exclusivement par la Société des alcools du Québec.

«Pour nous, ce serait une bonne chose d’avoir des assouplissements. Déjà, nous avons des dépanneurs qui vendent des bières de microbrasserie avec succès. On pourrait faire la même chose avec des spiritueux, des apéritifs et des digestifs, tout en ayant une plus grande sélection de vins autres que ceux embouteillés au Québec pour mieux desservir notre clientèle tout en ayant un contrôle gouvernemental», soutient-il. Il affirme ne pas vouloir une privatisation totale de la SAQ, mais un mode de fonctionnement qui donnerait plus de latitude au secteur privé.

La démarche qui commence le 7 décembre devrait durer plusieurs mois. L’AMDEQ a bon espoir de voir des modifications à la loi profitant autant aux clients qu’aux commerçants.