En 2015, 49 439 coureurs et coureuses étaient inscrits à la Fin de semaine des courses. Cette année, on en attend environ 33 000.

Les Québécois moins nombreux à la Fin de semaine des courses d'Ottawa

Avec les inscriptions de dernière minute, on estime que 33 000 personnes prendront part aux différentes épreuves de la Fin de semaine des courses.

On est assez loin des sommets établis il y a quelques années.

En 2015, 49 439 coureurs et coureuses étaient inscrits.

La course à pied était alors très en vogue.

« La fièvre a peut-être baissé un peu », constate le directeur de courses, John Halvorsen.

« Nous avons le luxe de savoir d’où viennent nos clients, puisque tous les participants doivent fournir leur adresse au moment de l’inscription. Nous pouvons voir d’où proviennent les fluctuations. Nous constatons que la plus forte baisse provient du marché québécois », de révéler l’homme qui vit lui-même sur la rive québécoise de la rivière des Outaouais, à Chelsea.

À LIRE AUSSI

L’histoire pourrait se répéter au Marathon d’Ottawa

Une ancienne skieuse olympique sur le fil de départ du Marathon d'Ottawa

Marathon d'Ottawa: belle rivalité entre Marocains et Kényans

L’explosion du nombre d’événements de course à pied un peu partout en province – à Montréal et à Québec, en particulier – expliquerait en partie cette tendance.

Les organisateurs de la Fin de semaine des courses sont quand même satisfaits de la participation.

« Lors de l’année où nous avons attiré 49 000 personnes, nous avons peut-être atteint un point de rupture, en ce qui a trait à la capacité d’accueil des hôtels de la région. Nous avons reçu des tas de courriels de participants qui n’étaient pas capables de se trouver une chambre », raconte-t-il.

M. Halvorsen, qui s’apprête à quitter le poste qu’il a occupé pendant deux décennies. Il est plutôt fier de l’événement qu’il a vu grandir et gagner en importance.

« Nous avions l’opportunité de construire un événement bien spécial. Nous avons mis les efforts nécessaires et nous avons réussi. »

« J’aimerais qu’Ottawa soit plus reconnue, internationalement. Nous avons un léger problème de visibilité. Il y a du travail à faire. »