Au cours des derniers mois, les cas de découvertures médicales ont été nombreux.

Les médecins non pénalisés pour les ruptures de service en région

EXCLUSIF / Depuis que la Coalition avenir Québec (CAQ) a pris le pouvoir, aucune pénalité n’a été exigée aux médecins spécialistes pour les ruptures de service survenues dans les hôpitaux régionaux du Québec.

Au cours des derniers mois, les cas de découvertures médicales ont été nombreux. Que ce soit en anesthésiologie à La Pocatière et à Dolbeau-Mistassini, ou en obstétrique à Amqui, les patients de ces régions ont dû parcourir plusieurs dizaines de kilomètres avant de pouvoir accoucher ou d’être opérés.

L’entente signée en mars 2018 entre l’ex-ministre de la Santé Gaétan Barrette et la Fédération des médecins spécialistes du Québec prévoit des pénalités de 3000 $ par jour lorsqu’un médecin anesthésiologiste qui participe au mécanisme de soutien d’urgence ne respecte pas son engagement. De telles pénalités n’ont pas encore été prélevées par le gouvernement. 

C’est ce que révèle une demande d’accès à l’information faite par le Parti libéral du Québec (PLQ) et dont Le Soleil a obtenu copie. «Nos recherches n’ont permis de retracer aucun document répondant à votre demande puisqu’aucune pénalité n’a été donnée pour des ruptures de services», écrit Pierre Lafleur, sous-ministre adjoint à la Santé. 

Une réponse qui surprend le député André Fortin, porte-parole du PLQ en santé. «La CAQ a toujours prétendu que l’entente était trop généreuse envers les médecins spécialistes. Le minimum, ce serait qu’ils fassent respecter l’entente. Ils pourraient très bien appliquer les pénalités.»

M. Fortin critique le manque de «volonté politique» de la ministre de la Santé Danielle McCann dans ce dossier, pour lequel il faut «prendre des décisions difficiles». «À chaque fois qu’une de ces situations de découverture survient, elle agit à la pièce, elle met en place des mesures temporaires au lieu de se servir du pouvoir qu’elle a.»

La Pocatière

Une autre demande d’accès à l’information faite par le PLQ révèle que les découvertures médicales sont loin d’être chose du passé à l’hôpital Notre-Dame-de-Fatima de La Pocatière. Depuis le 1er janvier 2019, 10 épisodes de rupture de services en ont eu lieu, pour un total de 26 jours sans médecin pour effectuer des chirurgies. 

«L’entente signée avec les médecins spécialistes est très claire : il y a une obligation de résultats. Malheureusement, c’est pas ce qui se passe. Tout ce que la ministre peut faire pour améliorer les services aux citoyens en région, elle ne l’a pas fait jusqu’à maintenant», déplore M. Fortin. 

À l’hôpital de Dolbeau-Mistassini, c’est le manque d’anesthésiologistes qui a provoqué trois jours de découverture médicale depuis le 1er janvier 2019. M. Fortin rappelle que dans le cas des anesthésiologistes, les pénalités peuvent s’appliquer depuis le 1er juillet 2018.

Pour ce qui est des chirurgiens, la ministre McCann est en négociations afin de signer une entente de couverture similaire. L’entente, qui devait être conclue de façon imminente en mars, ne l’est toujours pas. «Comment la ministre va faire en sorte de faire respecter sa future entente avec les chirurgiens si elle n’est pas capable de la faire respecter par les anesthésiologistes?» questionne M. Fortin. 

Diane Francoeur, présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, a proposé en juin de fermer des blocs opératoires dans certaines régions du Québec, lorsque le volume de chirurgies est trop faible. À ce moment-là, le cabinet de la ministre McCann avait réagi en affirmant qu’il allait «tout faire pour protéger les services proximité». 

Rappelons qu’en campagne électorale, il y a un an, la CAQ a promis de déchirer l’entente avec les médecins spécialistes afin d’aller récupérer 1 milliard $. Le premier ministre François Legault a souvent répété que les médecins spécialistes du Québec étaient trop payés. À l’heure actuelle toutefois, cette entente tient toujours et le gouvernement attend les résultats de l’étude comparative de rémunération avec les autres provinces canadiennes avant de bouger.

------


NOTE AU LECTEUR: Cette version du texte a été modifiée par rapport à la version originale. Les exemples de découverture médicale à La Sarre et à La Malbaie ont été enlevés, car dans ces cas, la rupture de services a été causée par un manque d'infirmières. Nos excuses.