Le Rockfest de Montebello devient le premier festival majeur au Canada à permettre la consommation de cannabis sur son site lorsque la loi le permettra.

Les fumeurs de pot seront bienvenus au Rockfest

À l’aube de l’adoption prochaine du projet de loi C-45 sur la légalisation du cannabis à l’échelle nationale, le Rockfest de Montebello affiche ses couleurs.

« Dans le cadre du 420 ce vendredi et de la légalisation imminente du cannabis, le Rockfest est le premier festival majeur au Canada à annoncer que nous permettrons officiellement la consommation de cannabis au festival, une fois que la loi sera en vigueur », peut-on lire dans une publication parue plus tôt cette semaine sur le compte Facebook du festival.

Dans son message, l’organisation réitère également les propos qu’avaient tenus le président et fondateur du Rockfest, Alex Martel, lors de son passage sur le plateau de Tout le monde en parle, le mois dernier. Celui-ci avait demandé à la ministre Lucie Charlebois d’étudier « sérieusement » la possibilité de vendre de la marijuana dans les événements majeurs, comme c’est le cas avec l’alcool.

Invité à préciser la teneur de cette publication Facebook, Alex Martel a indiqué au Droit qu’il s’agissait essentiellement d’une déclaration « symbolique » à l’aube du 420, cette fête « non officielle » annuelle du pot qui devrait une fois de plus rassembler une importante horde de personnes sur la colline du Parlement, à Ottawa, aujourd’hui en fin d’après-midi.

« À ma connaissance, il n’y a aucun autre festival majeur au Québec et même au Canada qui s’est prononcé là-dessus. Le Rockfest a toujours été ouvert d’esprit et progressiste, donc je pense que ça cadrait bien de dire ça. On s’entend que c’est plus symbolique qu’autre chose. On ne se cachera pas que dans l’ensemble des festivals, malgré les règles, la sécurité et la fouille, ça se produit quand même. Il y a tellement de gens que c’est difficile à contrôler », explique M. Martel, à propos de la consommation de cannabis dans les événements musicaux extérieurs.

Ce dernier soutient que sa déclaration faite sur le plateau de Tout le monde en parle le 18 mars dernier a certainement permis de lancer les bases d’une réflexion. M. Martel dit avoir reçu plusieurs commentaires en lien avec cette suggestion que la plante pourrait être éventuellement vendue dans des kiosques lors d’événements majeurs.

« Si on est pour légaliser le pot et le vendre dans des genres de SAQ, on devrait pouvoir faire comme on fait avec l’alcool dans les festivals. Si ce n’était pas de la vente de bières, on ne pourrait juste pas survivre comme événement. L’ensemble des festivals vit des temps durs et ça pourrait être quelque chose de bien pour nous aider. Étant membre de plusieurs regroupements de festivals, je suis même surpris qu’il n’y ait jamais vraiment eu de démarches de la part d’organisations pour essayer au moins de demander au gouvernement d’étudier la question », dit-il.

Pour l’instant, le président et fondateur du Rockfest n’a pas l’intention de faire de cette proposition un cheval de bataille à court terme, lui qui dit n’avoir jamais consommé de cannabis. Son horaire est de toute manière déjà surchargé avec l’organisation du festival et la tournée de sa propre formation musicale, Deadly Apples. La demande viendra au moment opportun, dit-il. « Je pense qu’il peut y avoir une conversation constructive à ce sujet là », conclut M. Martel.