Jusqu'à l'éclatement de l'affaire SNC-Lavalin, plus tôt ce mois-ci, les changements climatiques pouvaient constituer l'enjeu principal de la prochaine campagne électorale fédérale à l'automne prochain.

L’environnement pour faire oublier SNC-Lavalin

OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau tentera de faire oublier l'affaire SNC-Lavalin en enfourchant cette semaine son cheval de bataille favori : les changements climatiques alors que le Parti libéral présentera ses premières annonces pré-électorales

Des publicités radiophoniques seront diffusées dans les quatre provinces où le gouvernement fédéral impose une taxe sur les émissions de carbone.

Les publicités souligneront que les recettes de la taxe perçue en Ontario, en Saskatchewan, au Manitoba et au Nouveau-Brunswick seront remises directement aux contribuables de ces provinces.

M. Trudeau préparera le terrain pour cette campagne publicitaire en participant lundi soir à un rassemblement partisan intitulé «Action pour le climat» à Toronto.

Les publicités commenceront à être diffusées mardi matin.

Le message transmis par le chef libéral sera identique pour les quatre provinces. Seule variante : le montant qui sera remboursé aux contribuables. Celui-ci varie en fonction des émissions de carbone taxées dans chaque province.

Selon ces publicités, une famille moyenne de quatre personnes recevra plus de 600 $ en Saskatchewan, plus de 300 $ en Ontario et au Manitoba et plus de 250 $ au Nouveau-Brunswick.

«Les changements climatiques sont un problème réel et sérieux, souligne M. Trudeau dans les publicités. Nous avons un plan solide pour les combattre, un programme soutenu par des scientifiques et des économistes chevronnés. Il oblige les pollueurs à payer et rend l'argent aux gens.»

Le fantôme du gouvernement Harper

M. Trudeau conclut en ressortant le fantôme du gouvernement Harper. «Certains politiciens veulent maintenant revenir aux années Harper lorsque la pollution était gratuite. Nous devons faire mieux que cela. Nos enfants comptent sur nous.»

Le gouvernement Trudeau demande aux provinces d'imposer un prix sur les émissions de dioxyde de carbone, à partir de 20 dollars la tonne cette année, en y ajoutant 10 $ la tonne par année pour atteindre 50 $ la tonne en 2022. Il impose sa propre taxe aux provinces qui ont refusé de respecter les seuils fédéraux.

Jusqu'à l'éclatement de l'affaire SNC-Lavalin, plus tôt ce mois-ci, les changements climatiques pouvaient constituer l'enjeu principal de la prochaine campagne électorale fédérale à l'automne prochain.

Pas encore de plan des conservateurs

Si le chef conservateur Andrew Scheer a dénoncé cette taxe en affirmant qu'elle augmentera le fardeau des contribuables canadiens, il n'a toujours pas dévoilé son propre plan de lutte contre les changements climatiques.

Les libéraux misent sur cette timidité des conservateurs sur ce sujet. Ils ont déjà créé un site internet prétendant parler du plan conservateur. Les visiteurs qui tentent d'y accéder reçoivent un message d'erreur: «aucun plan trouvé». Un décompte indique aussi le nombre de jours qui se sont écoulés depuis la promesse de M. Scheer de présenter un plan.