La cheffe de l'opposition officielle, Dominique Anglade
La cheffe de l'opposition officielle, Dominique Anglade

L'économie n'a pas été une priorité pour Legault depuis son élection, dit Anglade

Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
QUÉBEC — Le développement économique du Québec n'a pas figuré parmi les priorités du gouvernement Legault depuis le début de son mandat, selon la cheffe de l'opposition officielle, Dominique Anglade.

«Si ç'avait été une priorité, vous l'auriez vu dans les premiers mois du mandat», a-t-elle commenté, en point de presse jeudi matin, à l'Assemblée nationale.

Elle juge que le bilan économique du gouvernement, après près de deux ans de pouvoir, paraît mince, ne pouvant identifier aucun «élément marquant» à ce chapitre, et ce, même si le premier ministre François Legault se fait le champion du nationalisme économique.

«On doit reconnaître qu'il n'y a pas eu de grandes positions économiques de la part du gouvernement en début de mandat», a-t-elle dit, estimant, en parlant du premier ministre, que ses «lignes de presse sont meilleures que les résultats».

«Lorsque l'on parle d'un nationalisme économique moderne, un nationalisme économique qui fait en sorte que le Québec peut se démarquer, c'est pas ce que nous avons vu dans les derniers 18 mois», selon la cheffe libérale, qui n'a pas défini sa conception du modernisme économique, sauf pour revendiquer une aide financière directe aux entreprises.

Les députés de l'aile parlementaire libérale sont réunis en caucus jeudi et vendredi à l'Assemblée nationale, en prévision de la rentrée parlementaire du 15 septembre.

Elle dit plaider pour une manière «moderne» de voir le développement économique et social, en tenant compte de la pandémie, et s'engage à présenter «des propositions concrètes».