La glace a cédé à quelques endroits sur la rivière Sainte-Anne, et la rivière était difficilement accessible, dimanche.

Le temps doux compromet l’ouverture de la pêche aux petits poissons des chenaux

SAINTE-ANNE-DE-LA-PÉRADE — Trois jours après les pluies diluviennes qui ont détrempé la région, les pourvoyeurs de Sainte-Anne-de-la-Pérade ne savent pas encore si l’état de la rivière leur permettra d’ouvrir la saison de la pêche aux petits poissons des Chenaux à temps, le 26 décembre. Pour éviter que leurs installations ne soient inondées, 80 chalets ont été retirés de la rivière, vendredi.

«On est en attente que le coup d’eau se passe, c’est le statu quo, indique Steve Massicotte, président de l’Association des pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne. Demain (lundi), on va voir avec le froid qu’il y aura eu si on peut refaire les descentes et remettre les chalets.»

S’il considère que les pourvoyeurs de Sainte-Anne-de-la-Pérade en ont «déjà vu d’autres», M. Massicotte concède que l’ouverture de la saison de pêche pourrait être retardée d’un jour ou deux. «Installer un village en deux jours seulement, c’est de l’ouvrage. Ce n’est pas impossible que ce soit retardé. Demain, on sera plus en mesure de confirmer ça ou non. 

Bien que le couvert de glace sur la rivière semblait bien solide, avec une épaisseur de 20 pouces par endroits il y a encore quelques jours, la glace avait cassé à quelques endroits, dimanche, et de l’eau était visible en surface, près du pont de la route 138. Le mercure, qui devrait rester bien en dessous du point de congélation dans les jours et nuits à venir, pourrait néanmoins aider la glace à se reformer. 

Les rivières redescendent

Alors que le niveau de plusieurs rivières de la région était sous surveillance samedi, la situation était en voie de revenir à la normale, dimanche. «Avec le temps froid, le ruissellement a énormément diminué. On a vu dans les dernières heures, depuis hier soir (samedi), une diminution autant au niveau du débit qu’au niveau de la hauteur des cours d’eau, confirme
Sébastien Doire, directeur régional de la Sécurité civile. Il n’y a pas eu de nouvelles problématiques, la situation est revenue plus à la normale.» 

La rivière Bécancour, qui a débordé samedi matin, est elle aussi revenue à un niveau moins alarmant. L’accumulation d’eau et de blocs de glace sur la chaussée a forcé la fermeture du chemin du Petit-Chenal et du pont Trahan-Savoie pendant quelques heures, samedi avant-midi. Le niveau des rivières à Victoriaville et à
Drummondville, qui ont également causé des inquiétudes
samedi, est aussi redescendu dimanche. 

Des problèmes partout dans la région

La pluie aura causé quelques soucis dans la région au cours des derniers jours, alors que jusqu’à 30,5 mm sont tombés par endroits, vendredi, selon Environnement Canada. Plusieurs patinoires extérieures, notamment à Shawinigan, ont été fermées vendredi, de même que le centre de glisse Vallée du parc. Les pentes de la station sont restées fermées samedi et dimanche, mais devraient être ouvertes lundi. La station de ski de La Tuque a de son côté reporté l’ouverture de ses installations, prévue samedi, à dimanche. 

Environnement Canada prévoit un maximum de -8 degrés Celsius pour la journée de lundi et un minimum de -19 degrés pour la nuit de lundi à mardi. Le mercure restera autour de ces valeurs pour le reste de la semaine, avant de remonter vendredi. Un maximum de -1 degré est prévu cette journée, alors que de la neige est également attendue.