Le pasteur Claude Guillot en est convaincu et dit avoir suivi à la lettre le livre saint dans sa mission d’éducation.

Le pasteur Claude Guillot dit avoir tout fait selon la Bible

La Bible a été écrite par le Saint-Esprit et tout ce qui y est écrit est sans erreur. Le pasteur Claude Guillot en est convaincu et dit avoir suivi à la lettre le livre saint dans sa mission d’éducation.

Après six semaines d’audience, la preuve de la Couronne est désormais terminée. Six plaignants ont détaillé les sévices physiques et psychologiques qu’ils disent avoir subis aux mains de Claude Guillot.

Le pasteur de 68 ans prête serment sur la Bible et ouvre ensuite un des nombreux cahiers étalés devant lui. Il attend depuis longtemps de pouvoir donner sa version. 

Après des études de chimie non complétées au Collège militaire royal de Saint-Jean, Claude Guillot entame sa carrière de dessinateur industriel, qu’il poursuivra jusqu’en 2008.

Le point tournant dans sa vie survient le 5 novembre 1979; c’est sa conversion à l’âge de 29 ans. Des chrétiens lui avaient expliqué «comment être sauvé», témoigne-t-il. Cette nuit-là, il va lire pendant des heures l’Évangile selon Saint Jean. Il décide de consacrer le reste de sa vie à Dieu.

Il participe à la création, en 1980, de l’école La Bonne Semence de Victoriaville après avoir été formé au Texas pour le programme d’éducation chrétienne accélérée (ACE pour Accelerated Christian Education). 

Il perdra son poste de directeur en 1984, après des plaintes des parents au sujet des corrections physiques. 

Claude Guillot et sa famille déménagent à Québec. M. Guillot entreprend des études en éducation religieuse. Il devient pasteur de l’église évangélique baptiste de Québec-Est en 1990 et l’est encore à ce jour, a-t-il précisé à la cour.

Tant pour son travail à Victoriaville que lorsqu’il a ouvert son école à la maison, Claude Guillot répète avoir suivi les enseignements du programme chrétien, eux-mêmes basés sur la Bible.

La philosophie derrière le programme ACE vise à trouver l’équilibre entre l’amour et le contrôle, explique le pasteur. «L’enfant n’a pas besoin d’un compagnon, il a besoin d’un leader, car la folie est attachée au cœur de l’enfant», rappelle Claude Guillot, en citant un verset biblique. 

Naturellement, l’enfant a une propension vers le mal, estime le pasteur. «Même tout-petit, il sait comment mentir, comment être hypocrite. Il faut lui apprendre à se contrôler, on doit lui apprendre l’honnêteté», dit le pasteur. 

Pour arriver à cet apprentissage, le programme est basé à la fois sur les récompenses (sorties, billets de félicitations, etc.) et sur la correction, physique notamment.

«Mais on ne faisait pas la correction physique à l’enfant, on le faisait pour l’enfant», précise le pasteur. «En corrigeant l’enfant, on délivre son âme de l’enfer.»

À l’école de la Bonne Semence, le pasteur ou les éducateurs n’administraient jamais plus de cinq coups sur les fesses avec la palette en bois, assure-t-il. Le programme ACE avait déterminé ce nombre de coups dans l’espoir d’éviter des accusations criminelles.

La fin du monde

Le pasteur a tenu à corriger certaines déclarations des témoins au procès. Notamment lorsqu’une ex-élève affirmait qu’il avait annoncé la fin du monde pour 1988.

«Le prochain événement que nous attendons, c’est l’enlèvement de l’Église. Par la suite, Jésus va régner pendant 1000 ans sur la Terre jusqu’au jugement final, explique le pasteur. Il y aura ensuite implosion et création d’une nouvelle Terre.»