Ken Pereira lors de son passage devant la commission Charbonneau

Le fils de Ken Pereira accusé de meurtre

Le fils de Ken Pereira, Matthew Morin Pereira, est accusé de meurtre, selon des informations de Radio-Canada.

L'homme de 21 ans ferait partie du groupe de 10 personnes impliquées dans le meurtre d'un homme de 49 ans, survenu à Montréal le 20 juillet dernier. 

Selon La Presse, une vingtaine de personnes auraient été impliquées dans une bagarre dans Villeray. La victime avait été blessée à la tête avec un objet tranchant et une autre, avec un objet contondant.

Candidat vedette du Parti populaire du Canada, son père Ken Pereira avait annoncé vendredi qu'il ne se présenterait pas dans la circonscription de Portneuf–Jacques-Cartier. Il avait mentionné qu'il vivait «une tragédie familiale».

L’ex-syndicaliste a annoncé la nouvelle sur son compte Twitter. «Une terrible tragédie avec ma famille m’oblige de me retirer des élections. Je m’excuse à le #PPC et à toute les bénévoles qui on travailler derrière ma candidature . Je vous demande de respecter ma vie privé . Merci à toute le monde (SIC).»

Candidat controversé 

Après l’annonce de sa nomination en mai, La Presse canadienne avait retrouvé sur son fil Twitter des commentaires controversés. M. Pereira a comparé la lutte aux changements climatiques à «l'état radical islamique». Il semble aussi croire que le vaccin contre la rougeole cause l'autisme et publie fréquemment des liens provenant de sites internet reconnus pour répandre des fausses nouvelles. 

En 2013, Ken Pereira avait retenu l’attention avec des révélations à la Commission Charbonneau sur la direction de la FTQ-Construction et les gens qui entouraient son ex-directeur général, Jocelyn Dupuis, et son ex-président, Jean Lavallée.