Le défenseur Alexander Romanov a signé avec le Canadien de Montréal.
Le défenseur Alexander Romanov a signé avec le Canadien de Montréal.

Le défenseur Alexander Romanov entend prouver qu'il a sa place dans la LNH

Frédéric Daigle
La Presse Canadienne
MONTRÉAL — Alexander Romanov a la tête à Montréal. Et il ne compte décevoir personne, que ce soit les entraîneurs, les journalistes et surtout pas les partisans à son arrivée en Amérique du Nord. 

C'était dans l'air: le Russe de 20 ans a finalement signé un contrat d'entrée de trois saisons avec le Tricolore. Les termes n'ont pas été divulgués et le contrat se mettra en branle dès que la LNH permettra aux parties de le signer. Il pourrait donc s'amorcer avec la saison 2020-21, mais cela pourrait également aller aussi tard que 2021-22.

Mais une chose est claire: Romanov a réalisé un rêve et il a bien hâte de s'amener à Montréal.

«C'est mon rêve que de jouer dans la Ligue nationale, a-t-il déclaré en téléconférence de son domicile de Moscou. Et je dois prouver que j'ai ma place à Montréal dès mon arrivée. Je dois faire la preuve que je suis un joueur de la LNH.»

On ne pourra certainement pas lui reprocher son sérieux. Le choix de 38e rang du repêchage de 2018 a célébré la signature de son nouveau contrat au gymnase! Équipé pour s'entraîner à la maison, il suit d'ailleurs un plan concocté par l'équipe de préparateurs physiques du Tricolore.

Dès que les frontières ouvriront, Romanov a l'intention de s'amener à Montréal. Mais sa destination finale pourrait bien être Laval, où il ne verrait pas d'inconvénient à poser ses valises.

«Je suis prêt à jouer dans la LAH. Je suis prêt à jouer dans la LNH. Je suis prêt à jouer en Amérique du Nord», a-t-il affirmé.

Et pas question pour lui de retourner en KHL si jamais les portes de la LNH ne lui étaient pas immédiatement ouvertes.

«La priorité est de jouer dans la LNH, a déclaré son agent, Dan Milstein. C'est le plan. Il s'en vient à Montréal avec un billet aller simple.»

Milstein n'a pas voulu commenter une clause de sortie qui serait inscrite au contrat de Romanov afin qu'il puisse retourner en Europe s'il ne joue pas dans la LNH à une date prédéterminée, une clause mentionnée par le site spécialisé Capfriendly.com.

Générer de l'attaque

En Russie, Romanov n'a pas exactement noirci la feuille de pointage: en 86 matchs sur deux saisons en KHL - où il a remporté la coupe Gagarine en 2019 -, il a inscrit un but et ajouté 10 aides.

Mais Romanov assure qu'il est capable de générer plus d'offensive.

«Je peux jouer dans les deux phases de jeu et je peux générer plus d'attaque que ce que j'ai fait en Russie, a-t-il assuré. Mais (en Russie), c'est de cette façon que l'entraîneur souhaitait que je joue. Si on me donne l'occasion de jouer un jeu plus offensif, je serai heureux de le faire.

«Je vais m'ajuster au système et je serai ce que l'entraîneur voudra que je sois.»

Des commentaires qui devraient plaire à Claude Julien.

Romanov a représenté son pays trois fois sur la scène internationale au niveau junior: au Mondial des moins de 18 ans en 2018, ainsi qu'au Championnat du monde de hockey junior en 2019 et 2020, où il a remporté des médailles de bronze et d'argent, respectivement.

À sa première participation, Romanov a été proclamé le meilleur défenseur du tournoi, après avoir mené tous les joueurs pour les mentions d'assistance (7) et un différentiel de plus-12.