Policiers, pompiers et paramédicaux se sont déployés à la suite de la découverte du corps de René «Bill» Burelle dans les eaux de la rivière Yamaska, samedi après-midi.

Le corps de «Bill» Burelle repêché

Les proches de René « Bill » Burelle pourront entamer leur deuil. Son corps a été repêché samedi dans la rivière Yamaska, à proximité de la résidence pour retraités Le Riverain, à Granby. L’homme était porté disparu depuis­ le 21 octobre.

C’est un couple venu magasiner au centre-ville qui a alerté les policiers­, vers 14 h 30. 

« Ma blonde s’est approchée de l’eau et elle a vu un corps flotter. Je suis allé voir si on pouvait l’aider, mais il avait le visage face contre l’eau », a confié l’homme, qui a voulu­ conserver l’anonymat.

« Rapidement les policiers [se sont rendus sur place] et ont constaté [qu’il s’agissait d’un] corps humain, a af­firmé en point de presse Caroline Garand, porte-parole du service de police de Granby. Les pompiers ont été appelés en renfort pour nous permettre de sortir le corps et de le remonter à la surface. »

Le citoyen qui a composé le 9-1-1 confie qu’avec la description qu’il a faite des vêtements, les policiers ont cru d’emblée qu’il s’agissait de l’illustrateur bien connu à Granby. Leur hypothèse était bonne puisque l’homme de 77 ans a été identifié vers 18 h 30, au terme d’un peu plus d’une heure d’opération de repêchage avec les pompiers de Granby et de quelques heures d’enquête.

Le déploiement a attiré plusieurs curieux sur chaque rive de la rivière, en aval du pont Patrick-Hackett. Beaucoup avaient sur les lèvres le nom de Bill Burelle. Et ils n’avaient que de bons mots à son égard.

René «Bill» Burelle

« Un don naturel »

Œuvrant sous le pseudonyme de « Bill », René Burelle était un artiste multidisciplinaire bien connu à Granby. Il a travaillé comme dessinateur de cour au palais de justice de Granby, notamment pour le compte de La Voix de l’Est.

« C’est un don naturel qu’il a eu en naissant. Il a toujours fait de la peinture, du dessin et des bandes dessinées », a déjà souligné en entrevue sa sœur Nicole.

Au cours des vastes recherches menées pour le retrouver, cette dernière avait confié que le Granbyen avait déjà vécu de nombreux épisodes dépressifs.

La porte-parole du Service de police de Granby, Caroline Garand, en point de presse.

Enquête

Jusqu’à la triste découverte, le sergent détective Evan Picard « était toujours à la recherche d’informations, a souligné Caroline Garand. Des citoyens nous appelaient, les informations étaient validées. Des recherches avaient été faites sur la rivière à proximité et des informations avaient été reçues concernant le secteur de la rue Denison Ouest. »

M. Picard était d’ailleurs sur place samedi pour poursuivre l’enquête. Un coroner s’est également rendu sur les lieux. Une autopsie sera pratiquée au cours des prochains jours afin de déterminer les causes et le moment du décès.