Le Canada ne devrait pas procéder à des changements visant à rendre l’achat de maison plus abordable selon le FMI.

Le Canada ne devrait pas assouplir ses règles hypothécaires, juge le FMI

Le Canada ne devrait pas procéder à des changements visant à rendre l’achat de maison plus abordable, mais devrait plutôt accélérer les efforts pour réduire les barrières commerciales à l’intérieur de ses frontières, fait valoir le Fonds monétaire international (FMI) dans un nouveau rapport.

Le rapport du personnel de l’organisation, écrit dans la foulée d’une visite officielle au Canada, appelle à des priorités politiques axées sur le maintien d’un système financier sain, la coopération renforcée entre les gouvernements fédéral et provinciaux, et les réformes structurelles visant la croissance de la productivité.

«L’Accord de libre-échange canadien signé en 2017 offre une plateforme de coopération en vue de réduire les obstacles au commerce intérieur, mais il convient de résoudre plusieurs aspects problématiques», affirme le FMI dans son rapport, appelant à des objectifs clairs pour la réduction du nombre d’exemptions et au renforcement du processus de rapprochement des réglementations.

«Les gains potentiels sont considérables et pourraient accroître le PIB réel de près de 4 %, soit un gain bien plus élevé que celui attendu des accords commerciaux internationaux qui ont été signés récemment.»

Selon le FMI, la croissance du produit intérieur brut réel devrait tomber à 1,5 % en 2019, mais devrait se redresser à nouveau en 2020.