André Parizeau, ex-chef du Parti communiste du Québec, s’est engagé samedi lors de l’assemblée d’investiture à ne promouvoir que la plateforme du Bloc.

Le Bloc confirme la candidature d’André Parizeau dans Ahuntsic-Cartierville

MONTRÉAL — Le Bloc québécois a mis un terme à la controverse entourant la nomination de son candidat dans la circonscription fédérale d’Ahuntsic-Cartierville, à Montréal. André Parizeau, ex-chef du Parti communiste du Québec, s’est engagé samedi lors de l’assemblée d’investiture à ne promouvoir que la plateforme du Bloc.

Cet ultimatum lui avait été servi vendredi par le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet qui avait menacé ne pas signer son bulletin de candidature.

Samedi après-midi, le chef n’a pas assisté à la nomination officielle de M. Parizeau, mais il s’est réjoui d’apprendre l’engagement de son candidat.

«Je n’étais pas à l’investiture parce que j’attendais de voir quelle serait la position du candidat, mais je comprends que ça s’est très bien passé», a commenté Yves-François Blanchet en entrevue téléphonique avec La Presse canadienne.

Celui-ci convient qu’il ne peut pas demander à André Parizeau «de réécrire sa biographie» et que le chef doit respecter les règles du parti et la légitimité des militants à choisir leur candidat. Toutefois, M. Blanchet estime que son rôle est de rester aux aguets et de veiller à ce que les candidats défendent tous le même programme.

«Pour l’instant, manifestement et sans équivoque, le candidat dans Ahuntsic-Cartierville a renoncé au programme du Parti communiste et s’est engagé à promouvoir exclusivement le programme du Bloc québécois», a souligné le chef qui poursuit sa tournée du Québec en vue de la campagne électorale de l’automne.

Déloger Mélanie Joly

Une fois cette controverse passée, le Bloc québécois aura fort à faire pour ravir la circonscription au Parti libéral du Canada. L’actuelle députée d’Ahuntsic-Cartierville est la ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie Mélanie Joly.

Pour Yves-François Blanchet, la décision appartient aux électeurs, mais il garde confiance puisque le Bloc a déjà détenu une partie de la circonscription. La carte électorale a été redessinée lors de la dernière élection et Ahuntsic-Cartierville a été créée à partir de l’ancienne circonscription d’Ahuntsic, représentée par l’ex-bloquiste Maria Mourani, et de l’ancienne circonscription de Saint-Laurent-Cartierville, représentée par le libéral Stéphane Dion.

«Je pense que ça vaut la peine pour M. Parizeau de faire une campagne chaudement disputée et les électeurs trancheront», soutient le chef du Bloc qui ne porte pas l’actuelle députée en haute estime.

«Mélanie Joly n’a pas exactement fait montre d’un grand talent, d’une grande compétence et d’une grande maîtrise des dossiers et encore moins d’un grand attachement à la culture et la langue québécoise», croit-il.

En ce qui concerne les prochaines assemblées d’investiture, le Bloc devrait accélérer la cadence au cours des prochaines semaines. Yves-François Blanchet prévoit des luttes serrées dans plusieurs régions, dont Trois-Rivières, où trois candidats ont démontré leur intérêt.

«Il y a plus de gens qui veulent être candidats qu’il y a de comtés, c’est une excellente nouvelle pour la démocratie du parti. Ça démontre qu’on est dynamique et je l’apprécie beaucoup», mentionne-t-il.

D’après M. Blanchet l’élan de dynamisme de ses militants devrait «compenser» l’écart de richesse entre le Bloc et les autres partis fédéraux.