Les visites à l’urgence liées à l’alcool ont augmenté de 86 % chez les femmes, passant ainsi de 20,7 à 38,6 visites pour 10 000 personnes, en Ontario.

L’alcool envoie plus de femmes à l’urgence

Un nombre croissant d’Ontariens aboutissent à l’urgence des hôpitaux pour des problèmes liés à l’alcool, selon une étude dévoilée lundi qui constate d’ailleurs une hausse disproportionnée des visites chez les femmes et les jeunes adultes.

L’étude publiée dans le Canadian Medical Association Journal (CMAJ) révèle que le nombre de visites à l’urgence liées à l’alcool a augmenté en moyenne de 6,7 % par année de 2003 à 2016 en Ontario. 

L’intoxication due à la consommation excessive et les dégâts que cause la consommation à long terme sur les organes, comme le foie et le pancréas, expliquent la hausse des visites à l’hôpital liée à l’alcool.

Les chercheurs de l’ICES (Institute for Clinical Evaluative Sciences), de l’Hôpital d’Ottawa, de l’Institut de recherche Élisabeth-Bruyère et de l’Université d’Ottawa indiquent que les visites à l’urgence liées à l’alcool ont augmenté de 86 % chez les femmes (de 20,7 à 38,6 visites pour 10 000 personnes) et de 53 % chez les hommes (de 51,1 à 78,3 visites pour 10 000 personnes). 

L’étude révèle aussi que les femmes qui se sont présentées à l’urgence en Ontario en raison de l’alcool étaient plus souvent âgées de moins de 19 ans (âge légal pour consommer de l’alcool dans la province) comparativement aux hommes, soit 17 % contre 9 %. Les taux les plus élevés de visites liées à l’alcool concernaient les femmes de 15 à 24 ans et les hommes de 45 à 54 ans.

« Les hausses reflètent les données sur l’augmentation de la consommation moyenne d’alcool en Ontario et les taux élevés de consommation excessive d’alcool durant la période étudiée, surtout chez les femmes, à l’échelle du pays », a expliqué le Dr Daniel Myran, médecin de famille, résident en santé publique et en médecine préventive à l’Université d’Ottawa.

« C’est maintenant bien plus normalisé pour les jeunes femmes, les jeunes mères et les mineures de boire », a observé le Dr Peter Tanuseputro, auteur principal de l’étude et médecin scientifique à l’Hôpital d’Ottawa.

À titre de comparaison, alors que les visites à l’urgence toutes causes confondues ont aussi augmenté au cours de la période étudiée, la hausse de celles liées à l’alcool était 4,4 fois plus élevée, note en outre l’étude. Dans la période examinée par les chercheurs, le groupe d’âge qui présentait la plus forte hausse de visites à l’urgence était celui des jeunes adultes de 25 à 29 ans, avec une augmentation de 175 % (croissance de 27,2 à 74,9 visites pour 10 000 personnes).

« Nos conclusions révèlent un facteur générationnel troublant selon lequel les adolescents et les jeunes adultes présentent des hausses annuelles de méfaits liés à l’alcool au cours des 15 dernières années », a précisé le Dr Tanuseputro.

Les chercheurs ont répertorié 765 354 consultations associées à l’alcool sur la période d’analyse. Ils rappellent que la consommation d’alcool affecte lourdement la santé des Canadiens et fut la cause des décès chez 5,8 % des hommes et 0,6 % des femmes en 2017, selon les estimations.