Sur 724 véhicules de la Sépaq, 11 sont électriques. Un pour chaque établissement où il y a des bornes de recharge, dont au parc national du Bic.

La Sépaq n’entend pas électrifier ses transports

L’électrification des transports promue par le gouvernement québécois frappe un mur, celui des capacités réduites des moteurs nourris par des batteries, semble-t-il. C’est du moins l’argument évoqué par la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) qui vient de publier sa commande annuelle de dizaines d’autos et de camions traditionnels à essence.

Le Québec a entamé un virage pour s’éloigner des stations-services. «Afin de démontrer l’exemplarité de l’État, le gouvernement […] procède à l’électrification progressive et obligatoire du parc de véhicules des ministères et organismes publics», rappelle-t on sur la vitrine Web de notre administration nationale.

Le Centre de gestion de l’équipement roulant du Québec précise la règle : «Les ministères et organismes publics ainsi que les réseaux de la santé et de l’éducation sont obligés de remplacer leurs véhicules désuets par des véhicules électriques lorsqu’une offre existe dans la même catégorie.» On lit également : «Pour tout nouvel achat ou remplacement de véhicule léger, les ministères et organismes doivent acquérir un véhicule électrique ou hybride rechargeable.»

Des «véhicules légers», c’est justement ce que cherche la Sépaq. «La Société des établissements de plein du Québec désire obtenir des soumissions pour l’achat de véhicules légers neufs», stipule l’appel d’offres public annuel pour le remplacement des bolides vieillissants. 

Simon Boivin, responsable des relations avec les médias, ajoute : «La quantité de véhicules recherchée [73] cette année par appel d’offres est du même ordre que lors des années précédentes.»

Sur ces 73 engins, il y a beaucoup de 4x4, des camionnettes et des VUS. Il y a aussi des fourgonnettes. Et 4 berlines. Dans le lot, 2 voitures sont électriques : une pour le parc de la Chute-Montmorency et l’autre pour celui du Mont-Mégantic.

Pas soumis à l’obligation

Pourquoi si peu? D’abord parce que la Sépaq n’est pas soumise à l’obligation d’acheter électrique, nous a indiqué le Centre de gestion de l’équipement roulant du Québec. Le gouvernement a offert une dispense aux sociétés d’État. Celles-ci pourraient cependant ressentir une certaine pression morale.

Aussi parce que la Sépaq juge que les voitures et camions électriques vendus sur le marché québécois ne sont pas assez performants pour répondre à ses besoins. «Les véhicules qui offrent les fonctionnalités requises pour l’exploitation ne sont pas offerts en version électrique», fait valoir Simon Boivin. «L’autonomie actuelle des véhicules n’est pas suffisante pour couvrir les opérations compte tenu de la grandeur du territoire à parcourir et de l’absence d’électricité disponible sur le territoire, ailleurs que dans les bâtiments d’accueil.»

11 autos électriques

Voilà pourquoi la Sépaq a acquis jusqu’à maintenant 11 autos électriques, auxquelles s’ajouteront les deux commandées récemment. «[Sur] une flotte de 724 véhicules légers répartis […] à travers les 46 établissements (parcs nationaux, réserves fauniques, établissements touristiques) et le siège social», dixit M. Boivin.

Chacune de ces 11 autos électriques se trouve dans un des 11 établissements où la Sépaq offre des bornes de recharge pour ses clients arrivés justement en voiture électrique.

Mais même dans ces parcs pourvus de bornes, l’essentiel de la flotte est composé de véhicules à essence.

«Ces véhicules [à essence] sont requis pour supporter les opérations et l’exploitation des 46 établissements du réseau de la Sépaq qui se déploient sur plus de 52 000 km2», insiste M. Boivin. Il plaide, en outre, qu’une partie des camions iront à l’île d’Anticosti où il n’y aurait pas d’énergie «verte», «l’électricité étant produite à partir de combustibles fossiles. Par conséquent, une utilisation de véhicules électriques [n’y] est pas avantageuse en termes écologiques».

«La Sépaq demeure à l’affût des innovations en matière de véhicules électriques et reste ouverte à s’en procurer davantage dans la mesure où ils sauront répondre à ses besoins opérationnels.»

+

OÙ SONT LES VÉHICULES ÉLECTRIQUES?

Sur 724 véhicules de la Sépaq, 11 sont électriques. Un pour chaque établissement où il y a des bornes de recharge :

  • Parc national du Bic
  • Parc national des Îles-de-Boucherville
  • Parc national de la Jacques-Cartier
  • Parc national de Plaisance
  • Parc national du Mont-Orford
  • Parc national du Mont Saint-Bruno
  • Parc national du Mont-Tremblant
  • Parc national d’Oka
  • Parc national de la Yamaska
  • Station touristique Duchesnay
  • Siège social

À venir

  • Parc national du Mont-Mégantic
  • Parc de la Chute-Montmorency
  • Source: Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq)