Élu président de la CRCAQ en 2017, après avoir aussi occupé les fonctions de secrétaire, trésorier et vice-président, Kevin Paquette terminera son mandat lors de la rencontre annuelle de la commission, les 17 et 18 août prochain à l’Université Bishop’s.

La relève caquiste souhaite susciter une réflexion à long terme

Pour marquer le dernier droit de son mandat de président de la Commission relève de la Coalition avenir Québec (CRCAQ), le Granbyen Kevin Paquette s’adressera dimanche à plusieurs centaines de militants caquistes réunis cette fin de semaine à Montréal dans le cadre du Conseil général du parti.

Ce faisant, M. Paquette prendra la parole tout juste avant le premier ministre et chef du parti, François Legault.

Il ne s’agira pas de la première allocution publique du Granbyen, bien au contraire. Celui-ci avait enflammé les foules au congrès du parti à pareille date, l’an dernier, si bien que le jeune caquiste avait impressionné François Legault.

« Il impressionne tout le monde. Samedi dernier, il a livré tout un discours [devant des partisans]. Les gens avaient la chair de poule. Kevin, c’est une fierté. À 21 ans, c’est le genre de jeune pour lequel la CAQ travaille. On le consulte quand vient le temps de choisir nos priorités », avait alors déclaré le futur premier ministre.

Puis, tout juste avant l’élection du 1er octobre dernier, M. Paquette a eu l’opportunité de s’adresser aux militants caquistes gonflés à bloc lors d’une soirée partisane à Terrebonne. « C’était à la fin d’un marathon, avec une belle frénésie. Ça avait été un privilège de présenter François Legault », se souvient le principal intéressé.

À LIRE AUSSI: Bouillonnement d'idées chez les jeunes caquistes

L’environnement dans la mire

Dimanche, le jeune homme de 22 ans compte rappeler le long chemin parcouru par le parti depuis sa fondation, en 2012, devenant tour à tour second groupe d’opposition officielle puis le gouvernement, en place depuis octobre dernier.

La thématique principale du conseil général sera l’environnement, un sujet qui tient à cœur à la relève caquiste, souligne Kevin Paquette. « C’est le sujet de l’heure, même du siècle », note-t-il, se réjouissant que parmi les 32 propositions à teneur environnementale que pourrait adopter le parti au cours de la fin de semaine, dix proviennent directement de la relève.

Parmi celles-ci, une proposition pour légiférer sur l’obsolescence programmée, une autre pour instaurer des redevances sur les bouteilles d’eau de même que des mesures pour favoriser le télé-travail, l’autopartage et le transport intelligent.

Le président de la CRCAQ ne s’en cache pas, son parti n’a pas suffisamment parlé d’environnement au cours de la dernière campagne électorale. Il importe désormais de corriger le tir. « Pendant la campagne électorale, on a vu à quel point c’était un sujet incontournable ; nous, les jeunes, on a tout de suite poussé ça au parti », se rappelle le jeune homme.

Il s’agit là de la principale doléance qu’il adresse à son parti, qui selon lui a respecté la plupart de ses promesses depuis son élection à la tête du Québec.

Voir plus loin

Élu président de la CRCAQ en 2017, après avoir aussi occupé les fonctions de secrétaire, trésorier et vice-président, Kevin Paquette terminera son mandat lors de la rencontre annuelle de la commission, les 17 et 18 août prochain à l’Université Bishop’s.

À LIRE AUSSI: Commission de la relève de la CAQ: un candidat granbyen à la présidence

C’est aussi à ce moment que la relève caquiste se penchera sur les orientations qu’elle proposera au parti. Elle lui recommandera d’ailleurs d’adopter une vision à long terme, allant au-delà d’un simple mandat de quatre ans.

Ce n’est pas qu’il reproche à son parti de penser à court terme : il souhaite plutôt contribuer au changement, considérant ce futur plan à long terme comme « l’héritage » de l’aile jeunesse de la CAQ.

« À la CAQ on dit qu’on veut faire de la politique différemment, soutient le Granbyen, qu’on incarne le changement. Pour nous les jeunes, ce changement signifie qu’on a une réflexion sur l’avenir, notre avenir, mais aussi celui de nos enfants et de nos petits-enfants. »