La montée de l'extrême droite inquiète les autorités canadiennes

Jim Bronskill
La Presse Canadienne
OTTAWA — Les responsables canadiens de la sécurité se sont penchés non seulement sur la manière de faire face à la menace croissante de l'extrémisme de droite au pays, mais aussi sur le meilleur moyen de définir le phénomène et de l'expliquer au public, selon des documents récemment publiés.

Au cours d'une séance d'information pour les sous-ministres responsables de la sécurité nationale, le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) et la GRC ont ouvertement demandé si, compte tenu de la nature de la menace, le gouvernement du Canada était «en mesure de réagir efficacement».

La séance d'information secrète visait à fournir aux hauts fonctionnaires un aperçu sur l'extrême droite au Canada et à favoriser la discussion de «considérations plus larges» sur la façon de traiter la question, dit une version fortement censurée du document d'avril 2019, obtenu grâce à Loi d'accès sur l'information.

Ralph Goodale, alors ministre de la Sécurité publique, a également été instruit de la question, indique une note d'accompagnement.

Le SCRS, qui a passé une grande partie des deux dernières décennies à enquêter sur le terrorisme d'inspiration djihadiste, a déclaré l'année dernière qu'il était de plus en plus préoccupé par ceux qui cherchaient à soutenir ou à s'engager des actes violents à caractère raciste, ethno-nationaliste, antigouvernemental ou misogyne.

Après l'attaque contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande, en mars, le premier ministre Justin Trudeau avait annoncé que le Canada avait pris des mesures importantes pour lutter contre la discrimination et la haine.

«On a intensifié les enquêtes visant les groupes de propagande haineuse, y compris les groupes de suprémacistes blancs et néonazis. On a effectué des réformes importantes à l'égard du contrôle des armes à feu. On a augmenté le financement pour assurer la protection des lieux de culte. On a également investi dans des programmes qui favorisent l'inclusion, qui créent des ponts entre les gens et qui célèbrent notre diversité, avait-il déclaré à la Chambre des communes. Malgré tout, on est conscient qu'il reste encore beaucoup de travail à faire, mais qu'on me comprenne bien: on va faire ce qui doit être fait. C'est un message qu'on va porter sur la scène internationale.»

Comme du terrorisme?

Moins d'un mois plus tard, les agences nationales de sécurité se demandaient si des termes comme «extrémisme de droite» ou «extrême droite» étaient exacts, si des discussions doivent être menées sur la façon elles comprennent et décrivent tous les types de violence à motivation idéologique?

Parmi les autres questions mentionnées dans la note. À quel moment ces activités sont-elles considérées comme du terrorisme? Comment les fonctionnaires fédéraux peuvent-ils les Canadiens à signaler les comportements extrémistes violents?

Le document d'information interne note que les enquêtes sur les crimes haineux - infractions impliquant des éléments tels que la propagande, la promotion du génocide et le vandalisme ciblé - incombent en grande partie aux forces de police locales, des services assumés par la GRC dans plusieurs endroits.

Les enquêtes criminelles de sécurité nationale peuvent être déclenchées lorsqu'il existe suffisamment de preuves pour démontrer une base idéologique claire et une motivation pour l'acte, peut-on lire dans le document. Celui-ci ajoutait une mise en garde: «L'obtention de preuves suffisantes pour justifier une accusation de terrorisme peut être difficile.»

Les autorités pourraient être préoccupées par les mêmes problèmes qui surgissent parfois dans les affaires de terrorisme autour de la possibilité d'intenter des poursuites sur la base d'une «motivation politique ou idéologique», signale Wesley Wark, un expert en matière de renseignement de l'Université d'Ottawa.

Cette inquiétude est susceptible de s'estomper si des liens commencent à de faire jour entre l'extrême droite canadienne et des mouvements d'outre-mer, ajoute-t-il.

Le document proposait aussi d'inclure pour la première fois des groupes d'extrême droite sur la liste nationale des organisations terroristes.

Blood & Honor (Sang et Honneur), un réseau néonazi international, et sa branche armée, Combat 18, ont été ajoutés à la liste en juin, ouvrant la porte à des sanctions pénales sévères pour ses membres. Un groupe figurant sur la liste des terroristes au Canada peut voir ses avoirs saisis, et il existe de graves sanctions pénales pour avoir aidé des organisations répertoriées à mener des activités extrémistes.

Lors de la séance d'information, la GRC a également souligné les efforts déployés pour sensibiliser la population à l'extrémisme de droite par le biais d'activités de sensibilisation communautaire et de développement de partenariats.

Le corps policier a fait remarquer que son programme de sensibilisation au terrorisme pour le personnel d'urgence - souvent les premiers sur une scène de crime - comprend maintenant un segment sur l'extrême droite.

Selon M. Wark, il s'agit «d'une évolution récente et un bon signe».